•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

J’aime cette définition du Grand Robert de la langue française, « Plagiat : une imitation non avouée ».

Voici l’histoire que j’ai écrite le jeudi 26 septembre 2013 un peu avant minuit après avoir éteint mon Ipad. Unplugged !

(Premier avertissement : ce titre est un détournement, il risque l’accusation de plagiat ! Il s’inspire d’un énorme tube des années 80 du groupe italien Righeira : « Vamos a la playa », paroles en espagnol !)

Connaissez-vous ce lieu insolite où tout ressemble à tout ? Tout ce qui existe dans ce lieu, existe déjà dans un autre lieu.

C’est le règne de l’orgueil ! S’attribuer un mérite qui appartient à un autre. Ils affichent tous la même pancarte : « Elle est bonne mon idée ». Mais cette idée n’était pas la leur, alors on les a envoyés sur une île : la plagiat ou l’île des objets copiés.

Un mot hybride né d’un mélange du français plage et de l’italien spiaggia !

il fallait trouver un nom avec une origine absurde qui ne risque pas l’accusation de plagiat !

Leur séjour sur cette île est bref, juste temps d’y déposer l’objet du crime. Ils ont l’occasion d’exprimer par ce geste l’inconditionnelle considération qu’ils ont d’eux-mêmes en choisissant l’emplacement où il sera exposé.

Ils cherchent la meilleure place, de préférence près d’un objet célèbre. Le téléphone d’Alexander Graham Bell (déposé le 11 juin 2002 suite à la sentence du congrès américain qui a reconnu la paternité de l’invention du téléphone au Florentin Antonio Meucci) n’est même plus visible, submergé par d’autres copies médiocres.

Saviez-vous que vous pouviez visiter ce lieu comme un musée ? Il y a des agences spécialisées qui proposent ce voyage insolite. J’ai vu ça sur le blog d’une voyageuse et j’ai pris immédiatement mon billet. Je vous conseille cette visite. Je trouve cela très éducatif et même idéal pour une sortie scolaire. Qui n’a pas, au moins une fois dans sa scolarité, copié sur le devoir de son voisin de pupitre ? Ca serait rédhibitoire, ne trouvez-vous pas ?

photo de Faiçal Oulharir (1)

photo de Faiçal Oulharir (1)

Petite description du lieu : c’est une île de forme sinusoïdale qui semble décrire un algorithme et, son nom ne nous trompe pas, il s’agit bien une plage. Il n’y a que du sable comme dans le désert. Il n’y a pas d’arbres, de plantes ou de constructions. Les objets gisent et parfois s’enlisent dans le sable sous un soleil torride. Mais surtout et c’est la raison pour laquelle ce lieu a été choisi, il n’y a pas d’ombre. Aucun des objets entreposés n’a le droit, ni la capacité de faire de l’ombre à l’autre et encore moins à son modèle original. C’est le triste destin de l’objet plagié !

Ces objets vivent un véritable enfer.

En ce premier jour de l’automne, la température reste étouffante. Notre guide qui accompagne un groupe d’une trentaine de personnes nous indique les « plagieurs » que l’on peut reconnaître à l’allure courbée. Ils sont là à la recherche d’une place pour leur invention, leur chanson ou leur histoire.

Soudain, on entend un cri : « Mais pourquoi ? » On se retourne et l’on voit ce drôle d’énergumène se redresser ! On s’approche et je crois reconnaître ce visage. Quelle surprise, c’est mon ami Ghazzal.

– Que fais-tu là ?

– Je viens de recevoir un tweet qui m’a envoyé directement ici !

– Comment est-ce possible ?

– C’est une nouvelle fonction de l’application, dès qu’un blogueur s’estime plagié, il envoie un tweet et au premier RT, tu es propulsé ici.

– Sans pouvoir te défendre ?

– Non, tu sais, c’est souvent le cas avec les nouvelles technologies, on n’a pas le temps de réfléchir aux conséquences avant leur lancement et au début elles nous privent de notre liberté.

– Je crois que je vais fermer mon compte twitter ou mettre un pseudo ! Au moins, les anonymes ne risquent rien. Qu’est-ce que tu as dans les mains ?

– C’est mon blog, je vais devoir télédécharger mon dernier article.

– Alors tu l’as vraiment plagié ?

– Non, je te jure que non !

– Alors, c’est le règne de la loi des rumeurs, de la loi de celui qui hurle, de la loi du plus rapide. Il serait temps d’instaurer un peu plus de lenteur, de bon sens, de courtoisie et de calme.

– C’est ce que j’ai essayé de faire mais cela a provoqué une palanquée de RT. Et là, c’est la loi du nombre qui a gagné.

– Et tu as préféré mettre un genou à terre ?

– Oui, je télédécharge mon article et je me remets au travail avec encore plus d’ardeur et de conviction. Mais ça fait quand même sacrément mal au moral.

– Je comprends. Est-ce que je peux te donner un conseil ?

– Bien sûr Denis.


– J’ai vu une belle place à côté de la chanson des Coldplay «Viva la Vida » (encore en espagnol !), ils ont omis d’indiquer que la musique avait été composée par le guitariste Joe Satriani, le titre « If I could fly ». Eux non plus ne reconnaissent pas l’imitation malgré l’évidence.

– Ce n’est pas mon cas Denis, les phrases sont différentes. Le thème de l’article est identique mais on peut quand même parler d’un thème qui a déjà été traité, non ?

– Je suis bien d’accord avec toi. Sinon, ce serait de la tyrannie.

– Merci pour ton soutien mon ami.

– Regarde, c’est juste là. Le temps que tu télédécharges, je t’attends confortablement installé dans cette copie du fauteuil de Le Corbusier.

– Je prends alors mon iPad et écrit les premiers mots de cette fable moderne dédiée à mon ami des réseaux qui ne manque jamais de me parler des merveilles de son pays, le Maroc. J’ai de la chance, quand je l’écoute, j’ai l’impression de voyager.

FIN

Le quartier de naissance de Ghazzal à Rabat

Le quartier de naissance de Ghazzal à Rabat

(Deuxième avertissement : cette histoire s’inspire de faits ayant réellement existés et de personnes réelles mais la mise en blog et les dialogues sont une pure invention du rédacteur, en l’occurrence Denis Gentile. A moins qu’une autre personne puisse en prouver le plagiat !)

(Et une recommandation : quand vous publiez un post sur les réseaux sociaux ou un commentaire sur un blog, n’oubliez jamais qu’il est adressé à un être humain, pas à une machine.)

(1) Merci à Faiçal Oulharir, pour la photo de la plage ! Retrouvez-le sur facebook : www.facebook.com/tizart37  Vendredi, on pouvait lire sur le profil facebook de Faiçal, cette citation prophétique : « If You Steal From One Author, It’s Plagiarism; If You Steal From Many, It’s Research. » J’adore ce genre de coïncidences.


Denis Gentile

Je suis un passant. Ici et maintenant, je suis un passant du web. Le Passant est celui qui va d'un lieu à l'autre, d'un sentiment à l'autre, il n'est jamais le même. Je passe d'une page à l'autre, d'un blog à l'autre, d'un message à l'autre. Et ces pages, ces blogs et ces messages, je les passe aux autres passants qui y passent à leur tour :) Plus prosaïquement, je suis un Community Manager, Blogueur & Rédacteur Web. Mais le rôle que je préfère, c'est celui de Digital Storyteller !

7 commentaires

valou · 13 avril 2015 à 14 h 12 min

« Le dégoût de la banalité et du plagiat peut avoir une conséquence fâcheuse; il risque de vous ôter le goût à vos propres idées, quand vous les voyez reprises et défendues par d’autres » : Citations de Henri Frédéric Amiel 🙂
Oui, une vraie question actuelle à l’heure du tout numérique.

    Denis Gentile · 14 avril 2015 à 15 h 35 min

    Merci Valentine, belle citation. En ce moment, je prends un risque important qui pourrait tenter de nombreux adeptes du plagiat puisque je publie les chapitres d’une histoire originale. Il y a le récit et toutes les idées qu’il contient. J’espère ne pas avoir à me transformer en chasseur.

Abdelhamid · 21 juillet 2014 à 16 h 56 min

Ceci est valable pour tous les domaines. Prenons par exemple le cinéma : il y a des thèmes récurrents et la production de films grandissante, ces thèmes sont exploités en continu. La seule différence concerne la patte de L’auteur. Il convient en tant que cm, scénariste ou auteur de se distinguer des autres car nous sommes uniques.

johanna · 23 octobre 2013 à 16 h 08 min

Depuis l’avènement des médias sociaux et notamment de facebook les infos fusent, tournent, passent et repassent, sont écrites, éventuellement réécrites, tant et si bien que seuls les copieurs savent qu’ils ont copiés et l’adage si célèbre « Rendez à César ce qui appartient à César » n’a jamais été si compliqué à attribuer.
Tu dois surement parler d’un vécu.
Pour ma part, et sur ce sujet, je me demande s’il n’y a pas lieu de parler d’inspiration plutôt que de copiage et dans ce cas ce serai plutôt flatteur envers le créateur.
J’avoue que dans ce dernier cas un petit merci, ou une petite mention, est toujours le bienvenu !

Sophie Trinquand · 8 octobre 2013 à 8 h 18 min

Il est vrai que dans notre milieu (de CM et/ou rédacteur), il finit par y avoir une certaine redondance dans les thèmes abordés: chacun y va de sa petite note, parce que chacun l’exprime différemment…
C’est là tout le challenge du blogueur: se démarquer en écrivant à sa sauce…

Eric · 7 octobre 2013 à 17 h 04 min

Il faut le dire mais dans un monde du numérique ou les cultures et les valeurs s’ entrechoquent il est aussi important de se protéger des différences de pratiques 2.0 et même savoir s’en servir en E réputation car rarement les élèves copieurs ne dépassent le maître copié. Mais cela demande au maître copié de savoir matérialiser rapidement la valeur créé et en inventer de nouvelles en permanence. Je partage l’article.

Tang · 7 octobre 2013 à 12 h 51 min

Un billet d’humeur qui met en forme! Je partage, avec plaisir!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.