Que répondre aux entrepreneurs qui sont sceptiques sur les médias sociaux ?

63 Flares 63 Flares ×

Il faut du temps pour changer les mentalités. La preuve avec certaines questions qui reviennent sans arrêt. Il est alors intéressant de répéter les réponses et relancer le débat. C’est l’objet de la rubrique « Remix ».

La question est de Frédéric Canevet du blog Conseils Marketing.

Voici ma réponse :

D’ouvrir les yeux et de se nettoyer les oreilles !

Traduit en langage moins imagé, d’observer et d’écouter ce qui se passe autour d’eux.

On peut toujours faire du « marketing préhistorique » et aller coller des stickers sur le pare-brise des voitures (On a fait ça à Disney pour lancer la saison Halloween à la fin des années 90. Je précise quand même que les autocollants se décollaient sans effort et ne laissaient aucune trace !).

Mais il faut voir ce qui se fait de nouveau dans leur domaine.

Est-ce qu’un journaliste utilise encore la machine à écrire ? Non ! Alors, mon conseil est encore plus radical : jetez vos bibelots et achetez un iPad !

Une précision pour moi importante Frédéric. Mon blog a pour matière principale les mots.

J’aime bien définir les mots. Dans ta question, tu emplois le mot « sceptique » et de cette façon, tu as répondu à la question. Puisque « être sceptique » signifie nier la réalité !

Bon, on ne va pas leur dire les choses de cette façon. On va être plus courtois et plus diplomates. Ce sont d’ailleurs deux qualités intrinsèques au rôle de Community Manager.

 

Je vous invite à lire l’intégralité de l’interview sur le blog de Frédéric.

D’autres Community Managers ont répondu à cette question, vous pouvez lire leurs réponses en téléchargeant le tome 2 des confidences de Community Managers.

Et vous que répondriez-vous ? Même si vous n’êtes pas un Community Manager.

4 réflexions au sujet de « Que répondre aux entrepreneurs qui sont sceptiques sur les médias sociaux ? »

  1. Il y a un écart culturel flagrant entre des pays comme les pays émergent et les pays d’ Europe de l’ Ouest, ceux ci étant à la traîne. Plus que les CM, le Big data est la mais les données sont très peu exploitées. Autre exemple, ben matière de Leads, l’ impulsion politique à initié les comportements des entreprises puisque les administrations et les banques ont du se mettre au diapason dans les pays qui sont en avance sur le digital.

    http://m.youtube.com/watch?v=1OKFpSDndnA&desktop_uri=/watch?v=1OKFpSDndnA

  2. Faire et défaire c’est toujours faire.
    Comme un formateur il faut répéter, sans doute parfois différemment car si le récepteur du message n’a pas intégré les propos c’est que la façon de transmettre est inapproprié entre autre chose ou sinon je dirai que le problème relève du « niveau »
    http://bit.ly/yH0kZD

Laisser un commentaire