•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  

Nous allons l’entendre des dizaines de fois et le dire aussi. Personne n’échappe au fameux « et surtout une bonne santé ! »

Je n’attaque pas ici la banalité, voire la platitude de cette expression, mais je me pose la question suivante :

« Qu’avons-nous fait pour nous et pour les autres pour espérer une bonne santé ? »

 

Une image en bonne santé ! C'est la mascotte de l'Expo 2015 dessinée par Disney. Le thème de cette expo universelle qui se déroulera à Milan à partir du mois de mai 2015 est "Nourrir la planète, énergie pour la vie !"

Une image en bonne santé ! C’est la mascotte de l’Expo 2015 dessinée par Disney. Le thème de cette expo universelle qui se déroulera à Milan à partir du mois de mai 2015 est « Nourrir la planète, énergie pour la vie ! »

31 décembre, heure de l’apéritif, sur le buffet du salon il y a les indémodables petites saucisses à la peau orange, les croquantes cacahuètes soufflées et les chips au paprika. Nouveauté : il y a même les sushis confectionnés face au stand poissonnerie du supermarché.

Il y en a plein sur les rayons de tous les supermarchés.

Quand on parle de santé, la première chose qui devrait nous venir à l’esprit, c’est la nourriture.

Si je mange bien alors je mets toutes les chances de mon côté pour être plutôt en bonne santé.

Si je mange mal alors c’est le contraire, je risque d’être sacrément patraque.

Moi, j’ai un conseil à vous donner, et j’ai écrit un article pour ça en juillet 2011 : lire !

Pas dans votre fauteuil mais debout quand vous faites les courses. Lisez les étiquettes et évitez de mettre dans votre caddie les produits qui contiennent certains additifs, certains colorants, certains conservateurs. (Vous trouverez la liste dans le livre de Corinne Couget « Danger, additifs alimentaires »). Moi, à mon niveau, j’en déconseille un, l’un des plus destructeurs. Son nom de code, c’est E621 et son petit nom, c’est Glutamate. Sa définition : exhausteur de goût. J’ai déjà écrit un article (Glutamate, E621 : Quand lire peut vous sauver la vie !) sur le sujet et j’en écrirai d’autres. En résumé, ce truc-là vous bousille le cerveau !

Lire, c’est agir ! Lire signifie être libre. Lire signifie prendre en main son destin. Lire signifie être curieux. Lire signifie chercher un sens. Lire, c’est vivre en préservant son cerveau.
Ecrire, c’est donner la possibilité aux autres de lire !

Mon message est très simple, pendant ces fêtes ne proposez pas dans votre menu les fameuses saucisses ni les grosses cacahuètes ou les chips poudrées. (Je ne cite aucune marque car ce n’est pas ma façon de faire. Il est préférable de ne pas jeter les pierres, mais de les empiler pour construire quelque chose)

Mangeons ce qui nous plaît et même d’autres saucisses, d’autres cacahuètes ou d’autres patates. Le procès ne porte pas sur le type de nourriture mais sur sa composition.

Il ne porte pas non plus sur le mode de distribution. Car vous voyez, le supermarché nous donne le choix et il nous permet de lire sur les étiquettes ce qui est contenu dans les aliments (mais il faut apprendre à les lire. Par exemple, paprika peut aussi signifier glutamate !). C’est un premier signe de respect envers le consommateur. Insuffisant, mais c’est déjà ça.

A la fin de l’année les rayons des supermarchés devront encore être remplis de ces invendus. C’est la seule façon de faire prendre consciences aux gérants de ces commerces que le consommateur ne veut pas de ces produits empoisonnés, de ces armes chimiques. Car pour lui, il n’y a rien de plus important que sa santé et celle des autres. On va le dire et l’écrire des millions de fois ces prochains jours et on donne de l’importance aux mots que l’on utilise.

Si, et seulement si, vous suivez ce conseil alors vous serez crédibles et sincères lorsqu’à minuit vous souhaiterez à vos invités une bonne santé. Sans se moquer de personne ! 

Denis Gentile

Ce n’est ni l’article d’un médecin, ni l’article d’un philosophe. C’est l’article, ou plus précisément le billet d’humeur, d’un community manager. Sa compétence n’est pas la même et son raisonnement est différent. Je vous l’explique simplement.

Le Community Manager a deux publics : le lecteur et le moteur de recherche. Et quand il partage cet article, il remplit parfaitement sa mission. Au lecteur, il lui dit de ne pas manger des aliments avec du glutamate et au moteur il lui dit le contraire : mange mon glutamate pour sauver la vie de ceux qui te trouveront !

Catégories : Impro

Denis Gentile

Je suis un passant. Ici et maintenant, je suis un passant du web. Le Passant est celui qui va d'un lieu à l'autre, d'un sentiment à l'autre, il n'est jamais le même. Je passe d'une page à l'autre, d'un blog à l'autre, d'un message à l'autre. Et ces pages, ces blogs et ces messages, je les passe aux autres passants qui y passent à leur tour :) Plus prosaïquement, je suis un Community Manager, Blogueur & Rédacteur Web. Mais le rôle que je préfère, c'est celui de Digital Storyteller !

6 commentaires

Cath Rine · 29 décembre 2014 à 18 h 40 min

Notre santé est dans notre assiette effectivement. Je traque le glutamate depuis 2a et je me sens revivre 😉 donc oui tous les messages, articles allant dans le sens information au public sont les bienvenus.
Par contre difficile d’appliquer la même assiette que moi aux convives ils vont me regarder bizarrement faire mon « tri » comme d’habitude. Donc je souhaite à tous que l’année 2015 soit la meilleure possible et surtout une année de prise de conscience et de réveil.

qualiticiens · 29 décembre 2014 à 16 h 52 min

Denis, Promis, Juré cette année à toutes les personnes que j’aime, je ne souhaiterais pas « bonne Santé ». Mais comme je ne suis guère optimiste je ne peux pas leur souhaiter non plus « Bonne Année », « Beaucoup d’argent » ça ne se dit pas, mais alors qu’est-ce qu’il nous reste ? Ah oui, « Je vous renouvelle toute mon amitié pour cette nouvelle année ». Ca fait pas un peu prétentieux Non?

Eric · 18 décembre 2013 à 18 h 03 min

Merci Denis pour cet article. Oui notre aliment est notre premier allié pour rester en bonne santé. Cette prise de conscience est importante sachant que parfois la médecine ne sait plus guérir mais seulement nous maintenir malade en vie grâce à beaucoup de traitements aux effets secondaires encore plus destructeurs que la mauvaise nourriture. Quand nous souhaitons des voeux de bonne santé nous sommes sincères mais nous ne pouvons pas changer les habitudes des autres mais au moins nous pouvons faire attention à ce que nous allons leurs servir durant les fêtes. Mais surtout toute l’année nous pouvons nous aider les uns les autres en recommandant sur le web les bons produits, les bons fabricants, les bons distributeurs et les bons restaurateurs. Vous pouvez facilement créer avec les outils 2.0 des cercles sur le continent du numerique de proximité et partager en famille, avec les collègues ou les voisins ou le reste du monde tout ce qui préservera votre santé et la leurs. #UnPourTous #TousPour. #UPTTPU. Les citoyens positifs 2.0 vobt vous aider à préserver votre capital santé. Je vous souhaite à tous un peu en avance de très bonnes fêtes pleines de bonheur et de joie.

Yellow · 17 décembre 2013 à 12 h 55 min

que la mort physique soit inévitable, c’est un fait; mais pourquoi serait-ce le cas de la maladie?
votre entourage vous souhaiterait-il trop souvent bon courage?

MonEncre · 17 décembre 2013 à 10 h 51 min

Une bonne santé à souhaiter c’est mieux que bon courage. Ce dernier souhait étant une partie de la quintessence du défaitisme et de la negativite ambiante. Oh que oui il faut bien se nourrir et rien de mieux que d’ aller sur le marché et de trouver le maraîcher avec lequel on va établir une relation de confiance. Il en va de même pour tout les aliments. La maladie étant inévitable, la bonne nourriture prise des années auparavant nous permettra de l’ affronter beaucoup mieux. Enfin nous ne sommes jamais aussi bien servis que par nous même alors : « cultivons notre jardin ».

Muriel COSSARD-GUY · 17 décembre 2013 à 9 h 43 min

« Prendre en main son destin » oui mille fois oui Denis, mais parfois c’est le destin qui agit avant toi et la maladie prend sa place dans une histoire individuelle au delà de la nourriture… Parfois il est difficile de souhaiter une ‘bonne santé » sachant qu’elle ne sera jamais bonne ..il n’y a pas de banalité dans ces mots mais du sens et le sens appartient à chacun

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.