Afrique de l’Ouest : Et si la solidarité venait de l’intérieur ?

179 Flares 179 Flares ×

« Qui peut vous faire découvrir l’Afrique de l’Ouest mieux que ceux qui y vivent ? ». La question n’est pas anodine, pas plus que la réponse.  C’est fondamentalement sur ce questionnement que se pose l’idée du tourisme solidaire et responsable ; c’est fondamentalement la question que nous pose des guides africains pour éveiller nos consciences sur ce que peut être la véritable solidarité.

L’âme de l’Afrique est inscrite en chaque homme, mémoire enfouie de nos racines. Plus ou moins consciemment, c’est ce qui nous attache si facilement à ce continent ; miroir de notre histoire ou d’un « paradis perdu ». Alors, bien sûr, les destinations Afrique intéresse de nombreux touristes potentiels ; cette vaste manne financière est depuis longtemps perçue par des investisseurs qui mettent en place les programmes de voyages les plus alléchants et à destination de toutes les catégories de publics.

Mainmise sur des territoires qui se savent riches mais restent pauvres

Tourisme… Un bel enjeu pour les pays concernés ? rien n’est moins sûr. Le tourisme en Afrique est, dans la grande majorité des cas, un produit traité comme toutes ces matières premières que l’Occident, et maintenant aussi l’Orient, viennent exploiter sans scrupules particuliers, en ne laissant que la portion congrue à ceux qui détiennent pourtant la richesse mais n’ont pas les moyens de l’exploiter.

Nous, voyageurs potentiels, savons-nous vraiment que les agences de tourisme et de voyage en direction de l’Afrique de l’Ouest, notamment, sont essentiellement des organismes pilotés à distance par des « étrangers » -souvent occidentaux- et faisant appel à une main d’œuvre « bon marché » locale pour recevoir et guider les touristes. Les démarches de tourisme solidaire sont isolées, opportunistes pour certaines, et avec une grande variabilité des retombées véritables pour les populations des régions et pays traversés.

Touriste solidaire et responsable, une démarche difficile

Nous, occidentaux, ne sommes jamais parfaitement clairs, dans notre conscience, face aux problèmes humanitaires. La misère, la pauvreté, la souffrance, avivent des peurs, les plaies même engendrées par les heures les plus sombres de notre Histoire. La « bonne conscience » est un remède vital pour trouver un peu de sérénité, et les idées de tourisme solidaire, d’écotourisme, de tourisme durable, de tourisme responsable, résonnent positivement en nous comme la possibilité de vivre et d’agir sans nuire, même dans l’acte le plus superficiel aux yeux des peuples défavorisés : le tourisme.

Ni colon, ni bienfaiteur, ni opportuniste, ni moralisateur, le touriste solidaire et responsable se doit d’être déculpabilisé et agir par des choix réfléchis et simples. Voyager, découvrir, en sachant que cet acte de plaisir profitera à ceux qui vivent plus modestement que nous, sans en tirer fierté, sans en demander reconnaissance, sans avoir à l’afficher ; la solidarité n’est pas un faire-valoir.

Jeunes Touaregs : « Nous garantissons sécurité, émerveillement et authenticité dans le respect des hommes, de leurs cultures et de l’environnement. »

L’exemple de guides au Mali : offrir l’émotion et de grands moments, sans intermédiaires

À Bamako, à l’initiative de Seydou Sogodogo, un groupe de guides maliens, nous renvoient toute la problématique du tourisme solidaire selon leur propre approche révélée dans la structure qu’ils ont créée : Hogon Tours.

Celle-ci peut se résumer de la manière suivante :

« Nous, africains passionnés, professionnels du tourisme en AFRIQUE de l’OUEST, allions compétences et savoir faire pour faire vivre, à ceux qui veulent découvrir nos pays, les plus beaux atouts et visages d’une Afrique méconnue. Nous garantissons sécurité, émerveillement et authenticité dans le respect des hommes, de leurs cultures et de l’environnement.

Faites nous confiance, votre voyage sera un acte naturellement solidaire et responsable. Vous découvrirez des contrées oubliées, des villages authentiques, des populations vraies, des territoires  qui sont les nôtres, et non pas des lieux choisis par intérêt, pour des gens qui ne vivent pas le territoire.

Votre voyage fait vivre ceux qui vous guident, ceux qui vous hébergent, ceux qui vous nourrissent, ceux qui vous conduisent, ceux qui vous vendent leur artisanat.

Votre voyage nous permet, en parfaite connaissance de cause de notre part, d’aider aussi différentes actions pour améliorer les conditions de vie des populations locales, par une distribution ciblée d’une partie des gains.

Nous vous offrons le meilleur de ce que nous savons faire ; vous nous offrez et offrez à ceux qui nous entourent les moyens de vivre dignement de notre travail, sans intermédiaire qui spéculent sur l’importance des différences de valeur entre votre monnaie et la nôtre. »

Un message qui commence à porter ses fruits

Conscient de la valeur de la démarche, qui efface toute idée d’assistance et de dépendance à l’assistanat, ÉCOtourisme magazine souligne les actions menés par ce groupe de guides fondateur de Hogon Tours :

« En dehors de la conception de circuits, de la location de véhicules et de la réservation d’hébergements, Hogon Tours s’est engagée dans le développement d’un tourisme plus responsable et durable.

– Le don de médicaments et de moustiquaires à la maternité du village de Kononbougou,

– Le don de matériel scolaire, livres, cahiers et dictionnaires, à l’école de Banankoro,

– La construction d’une bibliothèque est en cours (prévue pour novembre 2011) à Banankoro,

– Le don de matériel scolaire au chef du village de Songho, en présence des responsables de l’école,

– La construction d’une auberge comportant une dizaine de chambres, un restaurant et un bar afin de créer des emplois et de lutter contre le chômage.

L’agence s’engage également dans la région de Sikasso pour la conservation de la faune, l’objectif étant de sauvegarder les animaux sauvages qui disparaissent à cause du braconnage et des feux de brousses. »

Et pour faire de votre voyage vos plus beaux souvenirs, Hogon Tours fonde son activité sur les SECRETS d’AFRIQUE, une autre facette fondatrice à découvrir.

Jean-Luc Mercier

Du même auteur : SECRETS d’AFRIQUE : Toi, Seydou, et l’émotion que tu apportes !

photo 1

4 commentaires sur « Afrique de l’Ouest : Et si la solidarité venait de l’intérieur ? »

Laisser un commentaire