• 10
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opinion des écrivains est plus modéré que celle des rédacteurs et des correcteurs. Ils ne condamnent pas ceux qui écrivent imparfaitement sur le web. Au contraire, ils les encouragent à continuer à communiquer et à échanger. Souvent, ils remercient même ces réseaux qui leur donnent une nouvelle fenêtre sur le monde.

La question est toujours la même : « Pensez-vous que la langue française soit un obstacle au développement des réseaux sociaux en France ? »

La parole à Sophie Aman et A.L. Douzet. Deux écrivains qui ne se connaissent pas (encore) mais qui disent la même chose.

Politesse oblige, place d’abord à Sophie. Elle vous présente aussi son dernier roman : « Trajectoires dans le cercle » dans l’article suivant : Les mots sont pour moi des outils précieux. Un roman à lire cet été.

Sophie Aman : « Cette nouvelle liberté qu’offre le web ! »

Le dernier roman de Sophie Aman

« Les réseaux sociaux s’adressent à un large public, des enfants aux personnes âgées, et offrent à tous un espace d’expression (parfois même au-delà du raisonnable lieu d’extériorisation ou de défoulement…). Cette diversité conduit à rencontrer une grande variété dans la qualité – linguistique – des messages, publications, blogs, etc. Chacun s’approprie la langue française – à plus forte raison s’il s’agit de sa langue maternelle – suivant ses origines, sa culture, ses études, son niveau social.

Il est d’ailleurs intéressant de noter le recul du français dès lors qu’il s’agit d’un domaine ouvert sur l’étranger. L’anglais sera alors utilisé, même sur des forums ou des sites rassemblant essentiellement des francophones.

Je ne crois pas que la langue soit réellement un obstacle, tant elle semble même parfois être secondaire : se faire comprendre pour échanger, partager, communiquer, rire avec ses amis. Les mots en eux-même, au-delà de l’orthographe, de la syntaxe, de la grammaire, deviennent des véhicules d’une émotion, d’une attente, d’un désir.

Si globalement le niveau linguistique du web francophone semble plutôt faible, ceci est certainement aussi lié à cette nouvelle liberté qu’offre internet et qui, dans son euphorie et son ivresse, s’affranchit d’une maîtrise correcte de la langue française. Des mots pour tous, dont chacun explore les sens et l’essence à sa façon, s’approprie un langage approximatif et simplifié pour pouvoir tout simplement exister sur la Toile. »

A.L. DOUZET : « Je dois une fière chandelle à Facebook »

L’écrivain A.L. Douzet

« Je répondrai: tout dépend du réseau que l’on veut créer.
Un auteur doit surveiller son parler cela va de soi, doit veiller à la « forme » avec laquelle il va s’adresser à ses interlocuteurs (lecteurs, éditeurs, libraires).

En revanche, il y a des réseaux qui s’accroissent à vitesse exponentielle. Je pense aux blogs de buzz, d’infos chocs, d’actualité à la minute. Si l’on s’y attarde une dizaine de minutes on notera que la qualité de transmission de l’information est même plutôt due à des raccourcis linguistiques (info H24, « live » « en direct » etc.)

Des passants lyonnais à Facebook

J’ai commencé à vendre mes livres fin 2007 à tous les passants lyonnais. Je vendais alors le premier tome de ma saga ‘La Porte’. Très vite, j’ai intégré les publicités, teasing et autres couvertures sur mon mur FACEBOOK; les fans sont alors arrivés. L’essor de ma saga doit une fière chandèle au réseau social qui n’a cessé de recommander « mon profil » aux lecteurs de thrillers ou d’auteurs proches à ma production.

Le succès de ‘La Boule de la Porte’ a suivi. Sandra Lou, l’animatrice TV de la chaine TMC a voulu parrainé la saga et ce jusqu’au 9è volume.

Mon 3è roman, les ’13 crimes de Théodem Falls’ doit sortir chez un très grand éditeur à la rentrée 2011. Il est le fruit d’une collaboration de deux ans entre moi et Jean Claude DREYFUS. Il sera adapté en BD par Bruno Falba des éditions Glénat/Soleil/Kantik et en film. Marc Caro l’a déjà entre les mains. Beaucoup d’éditeurs intéressés par le projet m’ont d’ailleurs contacté par Viadeo sur lequel vous excellez monsieur Gentile.

Merci donc vraiment aux réseaux sociaux. »

Propos recueillis par Denis Gentile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous les lundis, des écrivains parlent aux internautes sur morethanwords.fr

 

 

 

 


Denis Gentile

Je suis un passant. Ici et maintenant, je suis un passant du web. Le Passant est celui qui va d'un lieu à l'autre, d'un sentiment à l'autre, il n'est jamais le même. Je passe d'une page à l'autre, d'un blog à l'autre, d'un message à l'autre. Et ces pages, ces blogs et ces messages, je les passe aux autres passants qui y passent à leur tour :) Plus prosaïquement, je suis un Community Manager, Blogueur & Rédacteur Web. Mais le rôle que je préfère, c'est celui de Digital Storyteller !

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.