Auto-portrait d’un DiGital Storyteller

24 Flares 24 Flares ×

Le storytelling, c’est l’art de raconter son histoire. Le digital storytelling, c’est l’art de raconter son histoire en utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Le mot clef dans cette définition, ce n’est ni le verbe raconter ni le nom histoire, mais c’est le son. Il y a d’ailleurs dans ma réponse un jeu de mots volontaire qui permet de comparer et rapprocher le storytelling à la musique.

L’équivalent du storytelling dans le monde musical, c’est le rock. Autrement dit, le storyteller est l’alter ego du rocker !

Je crois que cela vaut bien quelques mots d’explication.

Quand un romancier raconte une histoire, il dispose de plusieurs centaines de pages. Quand un compositeur d’opéra raconte une histoire, il dispose de plusieurs heures.

Le storyteller n’est pas un romancier, car il n’a pas autant de pages à sa disposition. De la même façon qu’un rocker n’est pas un compositeur d’opéra car il n’a que quelques minutes pour raconter une histoire en musique. Pourtant en trois minutes, il est capable de faire passer son message.

Quittons la musique et revenons à l’autre son, l’adjectif possessif. Dans ses récits, le storyteller part d’un principe : il va du connu vers l’inconnu. Ce connu, c’est quelque chose qui appartient à son histoire. Il va commencer par exprimer un truc qu’il a vécu, qu’il a appris, qu’il aime, qu’il déteste, qu’il ressent, qu’il a envie de partager, etc. Autrement dit, il raconte une histoire sous un angle qui est le sien et qui va rendre unique la suite du récit. C’est ce que le lecteur vient chercher, quelque chose qui n’existe pas ailleurs…

Ce sont deux extraits de ma réponse à l’écrivain Chris Simon qui me pose la question suivante : « Qu’est-ce que le Digital Storytelling ? »

L’intégralité de l’interview en cliquant sur ce lien : « Il était une fois le Digital Storytelling »

Laisser un commentaire