• 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Homme s’attendait-il à ce que lui reviennent, tel un boomerang, les dérèglements climatiques, les risques nucléaires ?  Le retour de boomerang risque-t-il d’être fatal à l’humanité ?

Un point d’histoire : A l’origine, chez les aborigènes d’Australie comme chez bien d’autres peuples du passé, le boomerang représente un art de vivre, un état d’esprit ; il n’était pas une arme, il était un jeu de société réunissant les différents membres d’un clan dans un esprit de sociabilité, et à travers lui on transmettait le savoir et on resserrait les liens sociaux.

Parabole sur les origines de l’humanité

D’où vient le boomerang ? Cela demeure un mystère, d’autant qu’il fut relégué aux oubliettes durant des milliers d’années mais redécouvert voilà deux siècles chez les aborigènes.  Mais écoutez ce chef tribal :

« Aux premiers jours du Temps des Rêves, les hommes devaient ramper sur leurs mains et leurs genoux car le ciel touchait presque le sol. Un jour, un vieux chef s’approcha d’une mare d’eau magique et se pencha pour boire. Alors qu’il se désaltérait, il vit un magnifique bâton tout droit dans l’eau.

Et soudain il se mit à penser : « Avec ce bâton je peux repousser le ciel et nous pourrons vivre debout ». Alors il poussa et poussa le ciel jusqu’à l’endroit où il se trouve maintenant, et les arbres commencèrent à grandir et les opossums gambadèrent sur les branches et les kangourous se mirent à sauter de joie. Le vieux chef regarda son bâton et vit qu’il était terriblement courbé. Se disant qu’il ne servirait plus à rien, il le jeta plus loin, mais le bâton revint vers lui. Il le jeta à nouveau et le bâton revint encore. Alors il le garda et le baptisa boomerang »

Un instrument fédérateur

Au-delà de l’anecdote, le boomerang, cet engin magnifique est entré dans l’expression en prenant cependant un sens biaisé comme notamment le retour de boomerang ou l’effet boomerang qui signifie une action, une entreprise qui se retourne contre son auteur. Mais le boomerang symbolise avant tout le mouvement, le feed-back, l’interaction entre les gens, ce que le web a su créer dans nos sociétés modernes à travers les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, etc.

Etant à l’origine un matériel servant à rapprocher les communautés, le boomerang comme symbole ne saurait être qu’un instrument fédérateur tout comme l’est le web, une plate-forme pour la diffusion du savoir, de la production du lien social, d’échanges économiques et culturels, et non celui de la diffamation ou d’incitation à la haine.

Le web peut-il changer le monde ? Vaste question que seule l’intelligence de ses utilisateurs pourra résoudre. Nombreux sont ceux qui se posent les questions de dérèglements climatiques, de la pollution de la planète, de la crise économique, de la démocratie, de vivre ensemble etc. Il y a une prise de conscience à travers les différents débats sur le web et des réflexions sur les questions.

La terre et les organismes vivants ont existé avant l’apparition de l’être humain ; s’il n’opère pas le choix de préserver le cadre de son existence, il disparaîtra mais la vie continuera sans lui.

Jean-Charles Yambélé

 

Retrouvez chaque lundi les articles et la rubrique de Jean-Charles Yambélé sur morethanwords.fr

 

A lire du même auteur : Le boomerang qui nous ressemble

 


5 commentaires

Akim · 28 juin 2011 à 14 h 14 min

Merci pour ces infos, j’ai trouvé ça très intéressant et quant à la question:
Le web peut-il changer le monde ?

il est clair que OUI,
INTERNET transfome le monde et le rapproche à chaque millimicroseconde. c’est énorme !!!!!!!!

La journée idéale d'un rédacteur web en 2011 | MoreThan Words · 8 août 2011 à 5 h 48 min

[…] – La parabole du boomerang et des réseaux sociaux […]

L'histoire vraie de Pierrot, sans domicile fixe | MoreThan Words · 25 juillet 2011 à 20 h 06 min

[…] – La parabole du boomerang et des réseaux sociaux […]

Le Pygmée et le Pharaon : le roman de Jean-Charles Yambélé | MoreThan Words · 23 juillet 2011 à 16 h 58 min

[…] – La parabole du boomerang et des réseaux sociaux […]

EFFET BOOMERANG : Les révolutions en Afrique et le web | MoreThan Words · 4 juillet 2011 à 5 h 13 min

[…] A lire du même auteur : Le boomerang qui nous ressemble et La parabole du boomerang et des réseaux sociaux […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.