• 48
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand on écrit sur un blog, peut-être d’autant plus sur le sien, que l’on publie régulièrement ou que l’on commente sur des groupes de discussion de réseaux sociaux, il est de bon ton de ne pas croire que pour autant l’orthographe et la grammaire sont tombées en désuétude. 

1 : SE RELIRE OU SE FAIRE RELIRE

À une époque où tout n’est qu’urgence, instantanéité, précipitation, il est bon parfois de prendre 5 minutes pour se relire, ou mieux encore de laisser reposer « sa prose » pour la reprendre plus tard.

Si parcourir votre texte permet de rapidement repérer et corriger de nombreuses fautes d’inattention ou de frappe, c’est également un moyen de vérifier la cohérence du contenu, de retravailler des phrases un peu trop lourdes ou ajouter une précision à une information trop courte.

Vous pouvez également relire votre texte à voix haute, on “entend” souvent mieux les fautes qu’on ne les voit.

Comme l’on voit toujours mieux les fautes des autres que les siennes, demandez si vous en avez l’occasion à un proche de vous relire, ne serait-ce que pour avoir un avis sur votre contenu.

2 : UTILISER DES OUTILS ET DES ASTUCES MNÉMOTECHNIQUES

Même si ces outils que l’on nomme des correcteurs orthographiques ne sont pas parfaits – je parle bien entendu de ceux informatiques – le correcteur orthographique de Word ou encore un outil comme Prolexis, plus professionnel, peut vous permettre de débusquer quelques fautes, surtout d’orthographe et d’accords, de vérifier les féminins qui n’en sont pas, des pluriels irréguliers et difficiles, de lever des doutes sur les conjugaisons, les homonymes, et les variantes orthographiques liées aux réformes les plus récentes.

D’autres astuces dites mnémotechniques permettent de se tirer avec brio de certaines difficultés.

Ne serait-ce que pour les deux verbes que nous usons sans doute le plus, être et avoir. Pourtant j’aime à penser que les coquilles que je rencontre ne sont dues qu’à des fautes de frappe !

A ou à

Un « a » (sans accent) ou un « à » (avec accent) dans une phrase ?
Il vous suffit de conjuguer celui-ci à l’imparfait. Si c’est possible c’est que vous avez affaire à l’auxiliaire avoir (a) sans accent.
Exemple :
Il a mangé => il avait mangé (auxiliaire avoir)
Il mange à la maison => il mange avait la maison (pas d’auxiliaire avoir donc « à » avec accent)

Et ou est

Et est une conjonction de coordination (astuce mnémotechnique : mais ou et donc or ni car) utilisée comme jonction entre deux idées similaires et/ou se recoupant. Est est le verbe « être » à la troisième personne du singulier (au présent). Si vous n’arrivez pas à bien les différencier, voici une astuce : remplacez « et » par « et aussi » et « est » par « était ».
Exemple : Elle est correctrice et rédactrice.

3 : LIRE

Lire beaucoup est un excellent moyen pour enrichir votre vocabulaire, vous familiariser avec l’orthographe des mots que vous employez peu ou pas du tout : des journaux type hebdomadaires, magazines, blogs… des ouvrages sur vos thèmes de prédilection, des classiques si le cœur vous en dit.

4 : S’AMUSER AVEC LA LANGUE FRANÇAISE

Tout le monde se souvient de ses devoirs de vacances (dictées, problèmes mathématiques, etc.). Ces ouvrages proposent de retomber en enfance de façon ludique et humoristique en révisant ses bases.

Parce que l’apprentissage d’une langue doit être aussi un jeu et que l’on mémoriserait d’autant plus dans ce contexte.

À défaut de pouvoir vous y coller avec ceux de vos enfants, sachez qu’il existe des cahiers de vacances pour adultes.

Les solutions ne sont à consulter qu’après avoir fait les exercices, cela va sans dire !

L’idéal pour bronzer intelligent !

5 : ARRÊTEZ DE CULPABILISER

Certes si diffuser des écrits qui ne sont pas parsemés de coquilles peut vous rendre aux yeux de vos lecteurs plus crédible, on ne vous demande pas du jour au lendemain de devenir le « Baudelaire » du XXIe siècle, d’avoir 20/20 à la prochaine dictée de Pivot ou encore de vous greffer un dictionnaire au bout de chaque doigt – quoique cela serait peut-être du plus bel effet sur la plage cet été !

Il ne faut pas non plus que le contenant prenne le pas sur le contenu, et que le fait d’écrire soit source d’angoisse. D’autant que l’avantage quand on tient son propre blog est de pouvoir apporter très rapidement la moindre modification à un billet.

Même si ceux qui vous lisent vous font remarquer une coquille, c’est en faisant des erreurs que l’on apprend.

Sans doute cela sera l’occasion de mettre le nez dans un dictionnaire pour y chercher la bonne orthographe ou de reprendre le Bescherelle qui n’a de cesse de prendre la poussière sur votre bibliothèque !

Florence Augustine    

Florence Augustine chaque lundi sur morethanwords.fr

A lire du même auteur :

– LA LANGUE FRANCAISE : Facteur d’intégration mais aussi d’exclusion

– LA CORRECTION : Une activité indissociable de toute forme d’écriture

– Petite ode au Livre


Florence Augustine

Depuis 2004, je suis correctrice et rédactrice de débats, spécialisée dans la gestion de la qualité des écrits et la couverture écrite de manifestations. A cet égard, je collabore avec des cabinets de conseil en lobbying, agences de communication et de relations presse, éditeurs, associations, fondations, des comités d’entreprise sur la France entière. Au quotidien, je suis confrontée à la non-maîtrise des difficultés de la langue française, du moins aux bases du français. A cet effet, je propose désormais des formations collectives en entreprise, ou individualisées, pour tous ceux qui souhaitent, dans une démarche professionnelle, approfondir ou renforcer leurs connaissances, pour acquérir une plus grande autonomie au niveau de l’expression écrite.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.