76 Flares Twitter 28 Facebook 20 Google+ 4 LinkedIn 20 Pin It Share 0 Buffer 4 76 Flares ×

Rien n’exprime mieux l’expression des voeux que le titre même de ce blog : MORE THAN WORDS ! Autrement dit, il n’y a rien de plus futile, inutile et hypocrite qu’un voeu s’il n’a pas à l’esprit ces mots : MORE THAN WORDS !

Il n’y a donc pas de meilleur lieu dans la blogosphère pour vous souhaiter une merveilleuse année 2012. J’ai demandé aux auteurs de More Than Words, d’exprimer à la façon de More Than Words, à leur façon et librement leurs voeux pour cette nouvelle année.

Pour ma part, 2012 sera une année pas comme les autres. Mais là, on est à la frontière de la vie publique et de la vie intime. Il y a des choses que l’on veut garder pour soi pour les vivre pleinement. Croyez moi, cette année 2012 sera pour moi au propre comme au figuré, MERVEILLEUSE. Je laisse votre imagination vagabonder.

Mon voeu est unique, gardez toujours à l’esprit ces 3 mots : More Than Words. C’est mon petit moyen à moi et personnel pour essayer de mettre du sens et de la sincérité dans mes actes.

Denis Gentile

NDLR : article à lire en écoutant Afternoons in Utopia d’Alphaville : http://open.spotify.com/track/06SbTaT89WHYziyRirN5Fh 

En 2012, faut qu’ça bouge !

Comme chaque année, j’ai envoyé ma lettre au Père Noël où je lui dresse la liste des cadeaux que je voudrais bien avoir : un nouvel ordinateur portable, Mac Book Pro de préférence, un stylo, pourquoi pas un Mont Blanc après tout ? C’est Noël, on peut rêver ! Et j’adore écrire sur papier, donc autant le faire avec un bel outil. Des chemises cartonnées de toutes les couleurs pour ranger mes dossiers et égayer mon bureau… Plus que quelques jours à attendre !

Pour patienter, autant me concentrer sur les voeux pour la nouvelle année !

Ecrire :

Encore et toujours, sur tous les sujets, tous les supports.  Ecrire pour communiquer, vous faire passer un message à vous lecteurs, vous faire réagir ou sourire, établir le contact. Trouver de nouvelles idées sans cesse pour créer la surprise. Ecrire pour vous !

Innover :

Pour avoir une approche différente. Pour continuer et développer ce que nous avons commencé sur More Than Words : une autre utilisation du web, une nouvelle façon de s’exprimer, une vision plus positive. Innover pour vous faire changer de regard !

Changer :

Tout ce qui ne va pas en ce monde, prétentieux ? Je répondrai ambitieux ! Et comme le dit le vieil adage « Quand on veut, on peut ». Imaginez un peu : vous lisez les nouvelles en 2012 et vous ne découvrez que des articles sur la paix dans les zones de conflits, pour ne citer qu’un exemple… Tout changer pour construire un meilleur lendemain pour nous tous…

Je vous souhaite à tous un très joyeux Noël et d’excellentes fêtes de fin d’année, tous mes voeux de bonheur et de santé pour la nouvelle année et rendez-vous en 2012 pour de nouveaux articles.

Cécile Courtais – C’est au Carré

Et hop, un nouveau train de vie est parti !

Amis utopistes, réjouissez vous, nous avons tous ensemble la parole. A quelques encâblures de l’année 2012, c’est l’heure de sortir du bois et de faire montre de toutes vos utopies pour plus de vie. L’heure ou jamais. Utopies, vous avez dit utopies… Attention au départ: bienvenue à bord d’un train de vie autre.

Utopies, utopies, vous avez dit utopies… Mais qui a une gueule d’utopie par ici?

Que les grosses utopies lèvent le doigt et surtout qu’elles se dépêchent de prendre part au bal des voeux, ce Moloch Baal des frustrations d’un quotidien encore trop lourd avant un avenir forcément meilleur: il n’y aura pas de place pour tous. Peut-être un fauteuil pour deux et encore….

Mais en ces temps de crise, difficile de rêver à un avenir meilleur tant l’horizon peut sembler pesant. Ah, je sais bien que c’est quand il fait noir qu’on rêve du soleil, mais à force d’obscurité persistante qui se souvient encore de la lumière? N’est pas Soulage qui veut… Et d’ailleurs combien de lumen a-t-il vraimet fait passer avec ses vitraux obscurcis?

C’est maintenant qu’il faut faire des voeux. Au-delà de l’exercice de style imposé, suranné même, et bourré de stéréotypes, profitons du passage vers 2012 pour espérer et donner vie à nos utopies. Mais oui, les utopies, vous savez ces exercices de style rêvant d’un avenir politique sublimé. On se la joue impossible, alors on force le trait et pourtant si c’était vrai? On fait semblant de ne pas y croire et pourtant si ce n’était pas faux?

Mon utopie sera donc de dresser haut et fort l’étendard de la vie et de sa défense comme autant de voeux pour 2012. Parce qu’il s’agit d’une utopie (mais en est on bien sûr?), je me permets ici de tirer tous azimuts et surtout sur les grincheux de tous poils et de toutes névroses. Pourquoi ici s’épargner, pourquoi épargner, pourquoi ne pas se lâcher ? Mais pour cela nul besoin de déterrer les cadavres de Greystoke, Rousseau ou autre disciple naturiste. Non, peut-être sommes nous des formes d’animaux, mais des bêtes, non, certainement pas.

Notre vie est autre

Notre vie est autre. Et c’est pour cela qu’il faut la porter haute et forte. Elle est foi. Foi en l’avenir et ne s’embarrasse pas des discours malthusiens qui répètent à l’envi en 2011 un discours embaumé dans la naphtaline d’il y a 200 ans. La Terre n’est pas parfaite et pourtant elle tourne, même si on n’a pas découvert sous les pavés la plage, quoi qu’en pensent certains édiles français en mal de plages démontable et lyophilisées. Non, notre vie est autre.

Car elle se croque à pleine dents. Et c’est ce genre de pommes que j’appelle à tomber drues en 2012 pour réveiller tous les paumés et autres Eves tellement frustrées qu’elles en sont devenues morbides. Car même si la vie se croque à pleines dents, il faut pour cela de bons rateliers, soit de bonnes bases humaines et spirituelles pour ne pas rester à l’Ouest, Eden ou pas.

Notre vie est autre. Encore et encore. Elle arrive à gentiment se moquer de ceux qui ont une poussée d’acnée quand ils entendent défense de la vie. Après tout, les pharmaciens doivent bien vivre, non ? Son affection la laisse cependant un peu médusée quand elle, le flux vital, essentiel, s’entend taxer d’idéologie. Vous respirez, donc vous êtes idéologue? Ah oui, il faut faire vivre aussi les psy, chiatres ou chopathes, je ne sais plus si la différence a gardé toute sa pertinence.

Mais dans ces conditions me direz vous, pourquoi la défense de la vie serait elle utopie puisqu’elle participe de l’évidence ? Je vous concède un bon point, vous me suivez encore un peu.

Pourquoi donc cette défence de la vie ? Sans doute parce que l’homme n’aime pas toujours les évidences qui s’imposent à lui. Cela peut être un réflexe d’hygiène intellectuelle salutaire mais cela devient une impasse quand c’est un prétexte pour défendre son seul nombril ou le patrimoine de l’auto justification du nourrisson à quatre pattes qui dit non. Bien des années après, certains ont quitté les quatre pattes mais pas le culte du nombril.

Pourquoi donc défendre la vie même si certains la voient comme utopie ? Au-delà du refus orgueilleux de certains hommes, il est tout de même troublant de voir prospérer une certaine culture de mort dans notre société.

Comment voir autrement le culte du ventre platissime au risque de la mort des mannequins et autres groupies qui s’en font les adeptes? Comment ne pas voire dans le culte de Matrix une fascination pour la mort de l’humain ? Comment aussi ne pas voir dans le culte de l’instant (aujourd’hui on dirait le culte du clic) l’angoisse de personnes pressées de consommer pour elles, toujours ça que les Alle…, non, que les Autres n’auront pas ? Comment enfin ne pas voir dans la nouvelle prospérité médicale de certains membres des nouveaux quatrième âges la possibilité de repli sur soi, coupant parfois, mais pas toujours certes, le lien avec les nouvelles générations?

Parions donc qu’en 2012, un nouveau train de vie s’arrêtera à notre quai et que nous monterons à bord ensemble. Une utopie peut être maintenant, mais une utopie ô combien salutaire pour tordre le cou à la crise et à ses effets secondaires non pris en charge par la sécurité sociale. 

Et la foi en la vie, n’est-ce pas foi en soi, foi en nous, en notre avenir, sans maille à partir avec ceux qui ont toujours les pieds dans la tombe.

Relevons nous.

Philippe de Casabianca

Back to democracy

Crises politiques, crises économiques, crises sociales, crises écologiques… Jamais humanité n’a cumulé tant de crises en ce dernier siècle! Terreau de spéculations diverses et variées, comme en ces temps-ci où certains y voient des signes annonciateurs de la fin des temps, d’après le calendrier Maya ou d’autres sectes millénaristes. Pour d’autres, et en tout état de cause, ces phénomènes ne préfigurent en rien un processus tendant à précipiter l’humanité dans l’abîme ; ils doivent être l’occasion d’une réflexion sur la marche de notre planète, sur un changement de civilisation.

Pour l’heure, à cor et à cri, protestant ou montant au créneau, partout dans le monde des peuples se mobilisent, ici pour la liberté, la justice sociale ; là, pour les droits humains ou l’application d’une démocratie pleine et entière.

  • Cry in the north : En Europe, une génération de jeunes gens, « les indignés », sont entrés en résistance en Espagne, en Grèce, en Italie, en France, en Angleterre, poussés par la même volonté de dénoncer leurs systèmes de gouvernement mis en coupe réglée par les marchés financiers, les corruptions qui entachent leurs démocraties. En Russie, ils sont entrés en rébellion, estimant que les dernières élections législatives ne se sont pas déroulées dans des conditions démocratiques libres et régulières.
  • Cry in the south : Maintes revendications auprès des pouvoirs dirigeants pour améliorer les conditions de vie des populations sont restées sans lendemain. La colère couve dans nombre de pays subsahariens, une colère rentrée, exacerbée par des années de frustration. Les chefs d’Etats africains et bien d’autres dirigeants du Proche orient devraient tirer les leçons des soulèvements populaires dans le Maghreb pour bâtir une bonne gouvernance et lutter contre la corruption, le népotisme, et instaurer une démocratie fondée sur la transparence, le respect des suffrages populaires, des droits humains, de l’Etat de droit et de la constitution. Autrement dit, maintenir le statu quo est source d’amplifications des phénomènes des révolutions des peuples ou de changements anticonstitutionnels des gouvernements en Afrique subsaharienne.
  • Cry in the east : Après plusieurs années d’assignation à résidence, Ang San Suu Kyi la chef de file de l’opposition LND (Ligue Nationale Démocratique) est reconnue aujourd’hui par la junte au pouvoir. C’est une victoire de la démocratie birmane et une reconnaissance pour son combat.

En Chine, l’artiste Ai WeiWei, un contestataire, est accusé par les autorités d’offenser le public en posant nu. Aussitôt, des internautes chinois par centaines se dénudent pour le soutenir. Usant de sa célébrité pour contourner les règles établies, cet artiste revendique sa liberté de penser, critique le régime chinois et soutient son compatriote le dissident emprisonné, Liu Xiaobo.

  • Cry in the west : De new York à San Francisco en passant par le Wisconsin, les « Protests » ont réussi à converger les ressentiments des classes moyennes et populaires américaines contre les gouverneurs qu’ils accusent de les soumettre à payer plus d’impôts, de démanteler les droits de travail, alors que les plus riches sont favorisés. Et tous de critiquer, dans un concert d’unanimité, le mauvais côté du capitalisme en fustigeant le capitalisme financier symbolisé par Wall Street qu’ils dénoncent ; c’est ainsi que s’est créé spontanément le « Occupy Wall Street Movement »

Les circonstances présentes dans le monde nous interpellent, et l’on peut retenir à ce propos
cette formule de Martin Luther King : « Je refuse de croire que les circonstances actuelles rendent
les hommes incapables de faire un monde meilleur. »

Nous espérons un horizon clément pour l’année à venir. A tous joyeux Noël et que 2012 porte plus de félicité.

Jean-Charles YAMBELE - www.1to1formation.com

Du papier et des mots

3 voeux : Mon premier Du papier pour écrire ; mon deuxième Des mots à dire ; mon troisième Des signes à (re)lire.

Florence Augustine – Au bonheur des mots

Je vous souhaite d’être connu !

L’année 2012 est déjà à nos portes et c’est l’heure de fixer des objectifs. Blog, entreprise ou artisan, c’est un nouveau départ, une nouvelle année d’exercice et il faut que celle-ci soit encore meilleure que l’année 2011. Marquée par la crise, dans un contexte difficile, l’année 2012 pourrait néanmoins être la vôtre et :

1 : Je vous souhaite d’être préparé.

Recontactez votre réseau, vos prospects de l’année dernière. Le nouvel an est une parfaite excuse pour reprendre contact. Prévoyez un plan de communication pour acquérir de nouveaux clients et de nouveaux partenaires. Une bonne communication est échelonnée dans le temps avec une réelle stratégie.

2 : Je vous souhaite d’être visible.

Afin d’optimiser votre présence sur internet, il faut multiplier les plateformes sur lesquelles vous communiquez. Que ce soit les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux, donnez vous les moyens d’être vus par les gens qui vous cherchent.

3 : Je vous souhaite d’être connu.

Pour 2012, travaillez votre image. Ecrivez des articles, parlez de votre activité, augmentez votre capital sympathie auprès de vos clients et prospects. Monter que vous connaissez votre travail et que vous l’aimez sera très bénéfique à votre entreprise.

Bonne fêtes,

Benjamin Petit - Strastegic.fr

Y’a d’la joie !

Alors que l’année se termine, que nous réserve celle qui s’annonce ?

Comment va évoluer notre société, celle de demain ?

Sera-t-elle entachée d’évènements extraordinaires, forts en émotion, ou tout simplement déchirants par l’amour qu’ils nous apportent.

Tant d’interrogations nourrissent les espoirs que chacun désire.

Mes voeux les plus chers auxquels je pense sont ceux d’une vie joyeuse que je souhaite à toutes et à tous.

Une vie où les joies terrestres ne seront jamais étrangères au quotidien.

Une vie permettant de réaliser l’irréalisable avec la sagesse du philosophe.

Une vie où le temps passé à méditer sur le sens de sa personnalité permettra d’explorer des domaines encore inconnus.

Une exploration continuelle d’horizons nouveaux ouvrant la porte à l’accomplissement de désirs inusités.

La satisfaction de profiter d’une journée où il ne se passe rien.

Tirer parti d’un moment ultime de liberté.

Savourer un moment de pause.

Assouvir son ambition.
Profiter exclusivement de l’instant éphémère.

Aimer, donner, atteindre l’extase ou jouir indiciblement d’une fleur, d’un lieu, d’un oiseau, d’un soufflement du vent, d’un soupir, d’un baiser, d’un regard, d’une larme.

Pour cette année 2012, je souhaite à chacun de vivre le moment présent intensément avec une absolue inconscience.

 Francis Gébère – Le Démon de Solange

Flocons de neige

En apercevant ces nuées de neige soudaine qui s’abattent sur Bruxelles comme une grande cape de magicien, je repense à ce détail, ce sentiment très étrange mais très doux, que j’avais ressenti il y a de cela quelques années, lorsque j’habitais seule dans la petite maison aux briques rouges. Il y avait là un jardin, minuscule, encadré de part et d’autre par des grands murs. Le premier soir de neige, une nuit comme celle-ci, j’avais fais le tour de la pelouse nappée de glace. J’avais ensuite regardé, satisfaite, le résultat par la fenêtre. Il n’y avait que du blanc, juste du blanc, et puis mes empreintes, par-ci, par-là. Et je m’étais sentie… Fière. C’était mon jardin, et donc, par la force des choses, cette neige-là était « ma » neige.

Posséder ainsi une chose si fugace m’avait semblé d’une richesse folle, et j’avais trouvé ça merveilleux de me sentir pour un temps comblée par la simple force de quelques flocons.

Je vous souhaite des bonheurs éphémères comme ceux là, de ceux qu’on retient plus fort parce qu’ils ne durent pas.

Victoire de Changy – Orfee

La photo est de Victoire de Changy
A lire aussi les voeux de Céile Jyoti : « Et si plus rien ne devait se ressembler ? »