Le blog n’est pas une machine, c’est un organisme vivant !

46 Flares 46 Flares ×

Samedi 3 mars 2012. Il est 10 h 27.  Je n’ai que 2 petites heures devant moi pour écrire un article. J’ai liste qui contient une centaine d’idées et de titres. Je n’ai qu’à piocher dedans et estimer à vue de nez celui qui m’inspire le plus sur le moment. Il suffit de mettre les différents éléments sur la chaîne de montage et d’appuyer sur ‘PLAY’. Ce n’est pas plus compliqué que cela. Les mots vont s’enchaîner comme des boulons à serrer à chaque passage. Ecrire un article, ça ressemble à la fabrication d’une voiture. Le journaliste ne fait pas autrement. Son rédacteur en chef  l’a envoyé faire un reportage. Il y a eu un vol dans une bijouterie de Cannes ce matin. Questions et faits sont toujours les mêmes. Où ? Quand ? Qui ? Quoi ? Comment ? Pourquoi ? etc. L’article suivra la même structure. Même chose ce soir pour le match de foot. Les joueurs, les actions, la qualité du terrain, l’arbitre, les réactions, le classement, etc.  Tout suit un mécanisme bien précis. Je me retrouve donc dans une situation similaire. Pourtant, il y a quand même une différence. Je n’écris pas pour un journal. J’écris pour mon blog. Et s’il y a une notion qui est totalement étrangère au blog, c’est bien celle-ci : le blog n’est pas une machine !

 

Moins de 26 ans, mais pas encore capitaine

Dans mes précédents articles :

« Community Manager est aussi (et surtout ?) un métier pour les plus de 26 ans ! »

« France Soir va devenir le premier journal 100% web et tente de reprendre le souffle de son histoire. »

j’ai souvent évoqué mes débuts dans le journalisme. 20 ans plus tard, il me reste encore la même impression. Je me suis souvent senti comme un rouage d’une machine. Au premier saut de chaîne ou dérapage, on a vite fait de vous remplacer. Vous n’êtes pas indispensable. Rien n’est plus facile de remplacer une pièce défectueuse ou légèrement usée par une autre pièce. La société industrielle a, au sens propre, fabriqué un modèle de société basée sur la machine. Cela a eu et a des conséquences immenses sur les comportements humains. Nos actes sont mécaniques. On fait quelque chose parce que les autres le font aussi. Nos actes ne sont plus libres, ils sont déterminés par le modèle. C’est le cas en politique. D’un côté, le système marxiste, de l’autre le système libéral. Et nous, les valeureux citoyens nous sommes les prisonniers de ces mécanismes. (Ca mériterait d’être développé. Certains d’entre vous sont d’ailleurs certainement plus qualifiés que moi et je vous invite donc à intervenir dans les commentaires.)

 

Même les blogs meurent

Mais tout cela a changé. Ou va changer. Et le moyen terme, ou si vous préférez l’argument qui nous permet de l’affirmer, c’est le blog !

Pourquoi le blog ?

Parce que le blog n’est pas une machine, il ne suit pas la logique mécanique de ces modèles. Non, le blog a un visage humain. Autrement dit, il est un organisme vivant !

Un organisme vivant ? J’ai besoin de replonger dans mes cours de philo. Je cherche pendant une dizaine de minutes. C’est assez rapide. N’oublions pas que je n’ai que 2 heures pour écrire cet article. Intitulé du cours : « Méthode en éthique et politique ». Le prof, c’est Marcel Clément. J’ai déjà eu l’occasion de vous le présenter dans cet article : « O Capitaine ! Mon Capitaine ! »

« Dans l’organisme vivant, toutes les cellules et tous les organes sont animés par un dynamisme organisateur interne qui les porte spontanément à coopérer en vue du bien commun du corps tout entier. Si un trouble se produit, l’organisme lutte. Une plaie est à peine formée que déjà commence le processus de cicatrisation. Au contraire, lorsque le mécanisme d’une montre se détériore, il doit être réparé de l’extérieur… »

Le blog procède du même principe :

– Tout d’abord parce qu’il est personnel et qu’il n’est pas reproduisible à l’identique en milliers exemplaires comme une montre ou une voiture.

– Ensuite, parce qu’il est sujet à la contingence de son auteur. Ce sont les circonstances de la vie du blogueur qui règlent le contenu du blog. D’une part parce que le contenu est lié à son expérience, d’autre part parce que « les troubles et les plaies » demandent un certain temps pour se résorber. Une autre personne peut intervenir de l’extérieur pour panser les plaies. Mais la vraie guérison vient de l’intérieur. C’est le cas des blogs communautaires comme MoreThanWords où plusieurs personnes participent à son développement. Mais si le corps principal (et l’âme) n’est pas entièrement disponible alors il perd peu à peu de son identité.

La recette du Tiramisù pour fêter l’anniversaire de votre blog ? Cliquez sur la photo !

Justement, je dois interrompre la rédaction de cet article pour préparer un biberon ! Encore 5 minutes en moins sur mon temps de travail. Je n’ai plus que 15 minutes pour le terminer.

Le blog n’est pas une machine. Il ne produit pas des glaçons ou des biberons à volonté !

D’ailleurs de nombreux blogs finissent par mourir. Il est rare de voir un blog fêter deux ou trois ans d’existence. NetZ par exemple n’a vécu que 6 mois. C’était pourtant un beau projet. Mais l’organisme n’a pas tenu. Dommage. En revanche, « C’est au carré », le blog de notre rédactrice Cécile Courtais, vient de fêter avec un Tiramisù ses deux ans (info Facebook). J’en profite pour la remercier. Elle a su avec talent animer MoreThanWords en mon absence.

 

Le blog d’une carotte

 

Il y a différents types d’organisme vivant. Le plus simple, c’est la carotte. Plus évolué, on trouve l’organisme du chat ou du chien. Enfin, le plus complexe, c’est celui de l’être humain. Sont-ils tous l’objet d’un blog ? Pas vraiment. Il manque l’aspect de la personnalisation.

On pourrait très bien imaginer le blog de la carotte de mon jardin. Ou encore le blog de mon labrador chocolat. Enfin, le blog d’un community manager. Dans mon cas, c’est MoreThanWords.fr et je lui souhaite de respirer pendant de nombreuses années.

Les deux heures sont écoulées. Je me rends compte que mon article n’est pas parfait. je n’ai même pas le temps de le relire. Mais c’est la règle du jeu que je me suis imposé au début. Je veux la respecter. Je n’aime pas tricher.

Comme tout organisme vivant, le blog peut recourir aux soins d’un docteur. Le docteur de la carotte, c’est le jardinier. Le docteur du labrador, c’est le vétérinaire. L’homme en a des dizaines. Parmi eux, on citera le dentiste, l’ostéopathe ou le gynécologue. Quel est le docteur du blog ? Ce sont les autres blogueurs, les community managers ou plus largement  tous les lecteurs. Alors voilà, je vous invite tous à venir soigner cet article sur ce blog. Le remède ? Les mots qui constituent vos commentaires.

Je suis en retard. Je vais devoir manger froid. Mais ce n’est pas vital. Ensuite, je vais faire un tiramisù pour fêter un autre événement (la recette, c’est ici).

Samedi 3 mars 2012. Il est 12 h 52. J’ai dépassé mon délai de près de 30 minutes. La machine m’aurait exclu. Le blog m’a sauvé. Il a pris en compte les impondérables et la contingence. Il s’est organisé en conséquence. Comme le fait tout organisme vivant. Le blog est un organisme vivant !

 

Denis Gentile

 

PS :  Participez à l’opération : 1 Tiramisù pour votre blog  (tout organisme vivant a besoin de se nourrir)

2 commentaires sur « Le blog n’est pas une machine, c’est un organisme vivant ! »

  • J’adore ton article ! Oui, le blog est un organisme vivant, oui tu as raison et je te suis à 100% lorsque tu évoques ton expérience du journalisme qui t’a déçu d’une certaine manière parce que tu ne t’y retrouvais pas. Oui, nous les blogueurs, faisons vivre et grandir notre bébé, nous avons besoin de le nourrir, de vérifier qu’il va bien, qu’il progresse chaque jour. Oui, chaque blog a son identité qui reflète celle de son ou de ses auteur »s » !

Laisser un commentaire