• 12
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que la langue française soit un facteur d’intégration ou d’exclusion, qu’il soit possible de la réformer ou non, finalement le bon usage de notre langue est-il indispensable ou superflu ?

Le domaine du travail est de plus en plus mouvant. En sus des compétences propres à la fonction pour laquelle vous postulez, de plus en plus d’entreprises réclament des compétences transversales, dont de posséder des compétences langagières.

Sur le web, sur les réseaux sociaux, blogs, la e-réputation peut passer par un minimum de maîtrise de la langue française dans les messages diffusés. Elle est un plus si l’on veut soigner sa e-réputation.

D’être dans le flux transforme l’usage du français

Dans une société dominée par les écrans, les images chocs, bien écrire, ou tout du moins écrire dans un français correct a-t-il encore un sens ? Les mots et l’écrit ont-ils encore tout leur sens ?

Certes, la limitation du nombre de caractères SMS ou Twitter imposent l’usage constant d’abréviations qui ne sont souvent pas conformes au « bon usage » mais vous comme moi pratiquons les deux langages : le français et le SMS.

Nous n’arrivons pas forcément toujours à exprimer clairement notre pensée, à trouver les mots adéquats quand nous correspondons par email, de plus si une réponse doit être faite rapidement. Il peut arriver que les phrases puissent être interprétées différemment par le récepteur, entraînant une suite de malentendus avec des conséquences parfois graves.

Une bonne orthographe est en mesure d’éviter les ambigüités dans la communication écrite.

Comme se questionne Laurent Dupin sur le blog Viadeo http://blog.viadeo.com/fr/merci-les-reseaux-sociaux-pour-le-retour-a-lecrit/2010/01/27/ écrire dans un français correct, suffirait-il ? Dans beaucoup de situations, oui, sans conteste. Ne faut-il pas également y ajouter un lien, une image, un son, une vidéo, et instaurer un échange communautaire ?

Certes ils peuvent être 10 fois plus explicites que des mots.

Et quand bien même, avoir ajouté un lien, une image, un son, une vidéo, si tant est que chacun soit pertinent, compenserait-il une écriture dans un français moyen ?

Quand on ne sait pas construire une phrase, il est difficile d’écrire et donc de communiquer.

Quand on ne sait pas orthographier un mot, il est difficile de se faire comprendre et donc de communiquer.

L’écrit est un élément d’accroche, d’interpellation.

Selon une enquête publiée par vizu.com, c’est la qualité de la rédaction qui est le premier facteur de choix (43,9 %), de reconnaissance (56,3 %) et de crédibilité (51,5 %) pour la lecture d’un blog.

Finalement, ces inégalités (que nous avons évoquées dans un précédent billet : « Va-t-on vers une paupérisation du niveau de langue ? ») que créerait notre système d’éducation se retrouveraient-elles dans les groupes de pairs auxquels on adhère sur les réseaux sociaux ? Je m’explique.

Chaque individu d’un groupe parle le même langage

Faisant suite à une discussion lancée sur Viadeo, Kévin F. me répondait : « Sur un réseau 2.0 ou dans la vie de tous les jours, nous nous adressons avant tout à nos groupes de pairs. Il va de soi que chaque individu du groupe parle le même langage, avec ses codes et ses expressions propres : c’est ce que l’on appelle les différents registres de langue. Ainsi, je ne pense pas qu’un jeune communiquant sur Facebook avec ses amis en “langage SMS” soit exclu du groupe. Bien au contraire, il l’intègre parfaitement ! Là où la difficulté se fera sûrement sentir, c’est lorsqu’il devra s’adresser à un profil différent de ses pairs. À ce moment précis, il devra changer de registre de langue : c’est là que l’exclusion peut éventuellement apparaître ».

Finalement, comme l’explique Kévin, la langue n’est que la barrière qui sépare les différentes catégories sociales. Notre niveau de langage nous intègre au sein de notre groupe de pairs, et nous exclut des autres. Sauf pour celui qui sait jongler entre les différents registres de langue…

Celui qui parlera le même langage que le groupe auquel il s’adresse, aura acquis leurs codes, leurs expressions, pourra d’autant plus l’intégrer, se sentir accepté, y faire sa place, leur faire passer un message, être compris, les séduire. Avec les bons mots, des phrases chocs, une belle rhétorique, ou tout simplement une bonne histoire, il pourra attirer l’attention, faire mouche, se faire remarquer, être demandé, reconnu pour son expertise.

Et si à côté des mots, des écrits qu’il diffuse, s’ils font sens, il y ajoute un lien, une image, une vidéo pertinents, et instaure un échange, un lien, il aura de fortes chances d’être influent.

Le bon usage du français dans nos échanges n’est pas plus indispensable que superflu. Je dirais même qu’il pourrait très bien ne pas être considéré comme obligatoire – quoique ! – mais nécessaire selon la cible à laquelle s’adresse votre message. Il est visiblement de plus en plus requis ne serait-ce que dans une situation d’embauche, d’évolution de carrière où il peut être discriminatoire, voire éliminatoire. Tout comme sur les réseaux sociaux pour se mettre en relation avec un client potentiel, se rapprocher d’un groupe de pairs, sur ces réseaux sociaux que l’on disait « virtuels » et qui sont bien réels.

Florence Augustine

Crédits
Photo Home Page : Bas van de Wiel


Florence Augustine

Depuis 2004, je suis correctrice et rédactrice de débats, spécialisée dans la gestion de la qualité des écrits et la couverture écrite de manifestations. A cet égard, je collabore avec des cabinets de conseil en lobbying, agences de communication et de relations presse, éditeurs, associations, fondations, des comités d’entreprise sur la France entière. Au quotidien, je suis confrontée à la non-maîtrise des difficultés de la langue française, du moins aux bases du français. A cet effet, je propose désormais des formations collectives en entreprise, ou individualisées, pour tous ceux qui souhaitent, dans une démarche professionnelle, approfondir ou renforcer leurs connaissances, pour acquérir une plus grande autonomie au niveau de l’expression écrite.

4 commentaires

etienne · 7 novembre 2011 à 14 h 04 min

Faut-il bien écrire pour se faire comprendre ?
Oui bien sûr.
Et mon blog tourne autour de ce sujet.

Bonne journée

Denis Gentile · 25 octobre 2011 à 12 h 47 min

vous pouvez aussi suivre la discussion sur LinkedIn à propos de cet article.

Je vous recommande le commentaire de Jérémy Ouassana

Blogs et SMS incitent-ils à la lecture et à l'écriture ? | More Than Words · 29 septembre 2014 à 15 h 32 min

[…] 3- Faut-il bien écrire pour se faire comprendre ?  […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.