mickey-minnie-morethanwords

Un Community Manager raconte ce que vous ne lirez pas ailleurs sur les 20 ans de Disneyland Paris

377 Flares 377 Flares ×
1 761 889 personnes aiment ça ! Un chiffre qui laisse rêveur. En tout cas pour un Community Manager comme moi. Et dire que j’aurais pu justement être le Community Manager de cette page Facebook ! Regrets ? Non, juste une furieuse envie de partager avec vous de bons souvenirs. Disneyland Paris a fêté le 12 avril 2012 ses 20 ans, déjà 3 ans ! Le 12 avril 1992, j’y étais. C’était hier.
City Hall

C.M.

On observe parfois dans nos vies d’étranges signes du destin. Le mien s’écrit avec deux lettres : C et M. Ce sont aujourd’hui les initiales que l’on retrouve sur twitter et tous les réseaux pour désigner le Community Manager. Pourtant, à chaque fois que je les vois, je lis autre chose. Pour moi CM, et cela a été ainsi pendant 15 ans, je le traduis instantanément  par « Cast Member » !

Qu’est-ce qu’un Cast Member ? C’est un employé Disney ! Car lorsqu’on travaille à Disney, on fait parti d’un spectacle qui se joue tous les jours de l’année. A quel moment ? Dès que vous entrez en scène et la scène, en 1992, c’était le Royaume Magique (Magic Kingdom). Chacun a son rôle. Si vous êtes à Adventureland, vous pourriez interpréter un pirate ou même Peter Pan ! Si vous êtes à Frontierland, vous pourriez être un cowboy. Moi, j’étais à City Hall ou si vous préférez, en français dans le texte, l’Hôtel de Ville. C’est un bâtiment qui se situe près de l’entrée à Main Street (la rue principale). Main Street est une rue qui représente une ville telle que Walt Disney l’a connue dans son enfance à Marceline dans le Missouri. On est donc habillé à la mode du début du XXe siècle.

On est là pour raconter une histoire et pour l’interpréter sur l’une des plus grandes scènes du monde à ciel ouvert. En y réfléchissant bien, et c’est aussi l’objectif de cet article, ce CM (Cast Member) est très proche de l’autre CM (Community Manager).

Car le Community Manager aussi veut raconter une histoire. Les différences ? Il ne l’interprète pas, il la diffuse. Et puis, la scène est encore plus grande. Elle est sans limite, sans frontière. Cette scène, c’est le web.

Mon métier porte donc toujours les mêmes initiales et s’inspire d’un même principe : le Story Telling !

Le PDG Philippe Bourguignon avec Maria Kongsted élue ambassadeur 1996. Sur la photo, les cast members de Guest Relations de gauche à droite : Angélique, Nastasha, Nicole, Anne-Marie, Denis, Floriane, Ibete, Luisa, Rebecca, Olga, Dorith, Géraline.

STORYTELLING

Walt Disney aurait été un formidable blogueur ! J’irai même plus loin dans la comparaison. Je pense Disneyland Paris est un blog grandeur nature. Pourquoi ? Parce qu’un blog raconte l’histoire de son concepteur. C’est un journal intime électronique. On y parle de soi, de ses passions, de ses pensées, de ses idées et de ses souvenirs. Walt Disney n’a pas fait autre chose.

Ses souvenirs, on les retrouve à Main Street, on en a déjà parlés. A Fantasyland, on retrouve la plupart la plupart des histoires qu’il a portées à l’écran grâce au Dessin Animé. De Blanche-Neige à Dumbo en passant par Alice au Pays du Merveille ou La Belle au Bois Dormant. Et tout cela est né d’une idée simple : créer un lieu où toute la famille pouvait se retrouver, petites et grands, pour passer un bon moment ensemble. Pour réunir tout le monde, il se base sur un principe, qui est le même que celui du blog (lire l’article : L’étonnement est le début du blog !), l’étonnement. Il veut construire un lieu où l’émerveillement est présent dans chaque détail. 

Walt Disney nous raconte son histoire et il veut que nous la partagions. Partager, le mot est lancé, on est donc au coeur du système des réseaux sociaux. Et le vocabulaire vient le confirmer. Quand à votre tour vous entrez dans cette immense scène, vous devenez un visiteur (guest en anglais). Comme sur les blogs, vous êtes un visiteur ! Et là aussi, vous pouvez y laisser vos commentaires. Où ça ? A City Hall ! Et j’y étais ce dimanche 12 avril 1992. J’étais déjà là pour valider vos premiers commentaires. Sans le savoir, c’était ma première expérience en tant que blogueur !

Pour vous raconter cette histoire, il y a donc nos fameux Cast Members. Autrement dit, des acteurs. Chacun de ses acteurs a son nom. Il s’affiche sur un badge (name tag). Personne n’est anonyme. Vous savez à qui vous vous adressez. C’est la même chose dans la blogosphère ou presque ! Il y a toujours ceux qui se cachent derrière un masque pour pouvoir insulter les autres en parfaite impunité. Mais ce ne sont que des marginaux (lire l’article : Dans le monde réel, tout le monde s’appelle Claude Martin. Mais sur le web et Google, tout le monde a son nom !).

AMIS

Personne n’est donc anonyme et j’y ai d’ailleurs rencontré la majorité de mes amis. Des amis qui sont aujourd’hui loin de moi géographiquement parlant. A ce stade, intervient un nouvel ingrédient essentiel à Disney : la magie. Le parc est un endroit merveilleux où s’opère la magie Disney. Elle est dans tous les slogans. Au département marketing, il ne jure que par elle. Cette fois-ci, il ne s’agit pas de la magie Disney, mais de la magie du web. Plus précisément de la magie Facebook. Puisque mes amis Disney sont devenus mes amis sur Facebook. Les distances ont été abolies et grâce à Facebook, j’ai gardé un pied dans mon passé. Luisa, Ibete, Maria, Mélanie, Roberta, Céline, Nils, Bob, Giovanni, Massimo (qui vient de lancer une page facebook dédiée aux cast members qui ont participé à l’ouverture ) et tous les autres (1).

J’aime cette idée que je garde un contact avec mes amis rencontrés à Disney sur Facebook. Je dois encore me convaincre de l’effet inverse : rencontrer mes amis Facebook à Disney ou ailleurs !

Les amis Disney, ce sont aussi d’autres personnages. Ou plutôt, personnalités.

Denis Gentile, guide VIP pour les filles du Crazy Horse !

V.I.P.

Avant Disney, j’ai commencé ma carrière dans le journalisme pour deux raisons principales. La première, ma passion pour l’écriture et on y reviendra dans le prochain paragraphe. La deuxième, rencontrer des personnalités et les interviewer.

L’expérience n’a pas été satisfaisante. Avez-vous déjà essayé de poser quelques questions à un sportif à la fin d’un match ou d’une course ? Ou plus simplement,  d’écouter ses réponses ? En général, ils sont essoufflés et n’ont qu’une envie rentrer au vestiaire ! Leurs réponses iront alimenter les bêtisiers de fin d’année et pas les archives d’une bibliothèque.

Mieux vaut passer une journée avec l’une de ces personnalités ou VIP, loin des réflecteurs, dans un autre contexte et avec leur famille. Mais comment cela est-il possible ? En travaillant à Disney !

J’ai passé des moments inoubliables avec une centaine de VIP, la moitié était des joueurs de foot, et j’en ai appris plus sur eux que la plupart des journalistes (et avec mes ex-collègues, on pourrait alimenter les revues de gossip du monde entier). Certains sont même devenus mes amis. Je cite trois d’entre eux. Marco Simone, ancien joueur du PSG et de Milan AC notamment, et actuel entraîneur de l’AS Monaco. Vincenzo Montella, attaquant italien et considéré actuellement comme le meilleur entraîneur du championnat d’Italie. Enfin Franck Sauzée, un des meilleurs joueurs français des années 90 avec Jean-Pierre Papin.

C’était pour moi un rêve de gamin de rencontrer les Maradona, Baggio, Deschamps, Desailly, Eros Ramazzotti, etc. Et Disney m’a permis de réaliser ce rêve et même au-delà de mes espérances. Jamais l’expression croire en ses rêves n’avait trouver meilleure scène pour s’exprimer.

Avec Marco Simone devant Big Thunder Mountain et Denis en costume VIP. 1993 !

ECRIRE

A l’époque, le web pointait à peine le bout de son nez. Et je n’ai donc jamais rien publié à ce sujet. Mais j’écrivais d’autres choses sur d’autres supports. Et c’était bien plus intéressant que mes articles de presse. Explications.

Mon métier n’était plus simplement d’écrire. C’était redevenu ma passion. Je pouvais donc enfin choisir mes sujets et les traiter avec plaisir. L’idée que je veux faire passer est la suivante :

Ce n’est pas parce qu’on aime cuisiner que l’on doit forcément travailler dans un restaurant; ce n’est pas parce qu’on aime  jardiner que l’on doit accepter un boulot chez Truffaut; ce n’est pas parce qu’on aime voyager que l’on cherche à tout prix à travailler pour Air France. Ou encore, ce n’est pas parce qu’on aime naviguer et les réseaux sociaux que l’on se sent l’âme d’un Community Manager. Il y a d’autres façon de vivre ses passions. Et moi, ça, je l’ai appris à Disney.

J’ai écrit et publié mon premier livre. Je ne parle ni de foot, ni de Disney. J’y parle de Michel-Ange, de l’art et de la Renaissance.

INTERNET

Vraiment, Disney est le lieu de toutes les opportunités. Dernière preuve : Internet.

1995, Internet est encore une réalité confidentielle. Peu de personnes se connectent déjà et d’autres commencent à utiliser l’email pour communiquer avec des amis aux Etats-Unis. C’est l’époque des premiers modems et de leur son métallique. En France, on est encore au minitel ! Certaines entreprises s’y intéressent déjà. Les dirigeants de Disney cherchent alors à développer un site intranet et un site internet. Ils recrutent alors en interne. Les écoles n’existent pas encore. Ils seront formés sur le tas. Parmi eux, Géraldine, Isabelle, Valérie, Sandra, Mélanie, Richard et moi-même. On quitte City Hall pour un monde encore méconnu. On va vivre une aventure qui en moins de dix ans a changé le monde.

Ce métier n’existait pas dans les registres des ressources humaines. On ne savait pas dans quel service nous placer et on changeait d’emplacement tous les 6 mois. On ne savait pas non plus dans quelle catégorie nous ranger et pendant des années sur notre feuille de paie, notre titre était « Agent Administratif » ! Et puis, pendant les pauses dans les files d’attente de la Brioche Dorée, on entendait certains membres du service des relations presse se plaindre car leur budget avait été amputé de quelques milliers de francs pour développer un site web !

En 2012, ces descriptions ont quelque chose de surréel ! Non ?

Jusqu’en 2007 et avant l’avènement des blogs et des réseaux sociaux, j’ai fait parti de l’équipe internet de Disneyland Paris. Une équipe qui développe aujourd’hui une page sur Facebook avec près de 2 millions de fans.

C’est sûr, si je le dis de cette façon, c’est rageant ! Si je n’étais pas parti vivre ailleurs, je partagerai des infos avec tous ces internautes et mes posts auraient des milliers de ‘J’aime’ et des centaines de commentaires ! Le rêve de tous les Community Managers.

Rien n’est plus faux que ce raisonnement. D’abord, je ne pourrais jamais savoir si ce poste de Community Manager m’aurait été attribué. Ensuite, pour grandir, il faut souvent partir. C’est ce qui se passe quand on est étudiant et que l’on quitte le domicile familial.

Cliquez sur la photo puis sur J’AIME et aidez-moi à relever mon défi, un millième des fans de Disneyland Paris !

Et puis, j’ai décidé moi aussi d’avoir ma page sur Facebook, en plus de mon profil personnel, alors je vous invite, svp,  à aimer ma page

en CLIQUANT ICI ou sur la photo , puis sur J’aime ! Merci.

Objectif : 1 761 889 ! 

Je n’aurais peut-être qu’un millième de l’audience de la page de Disneyland Paris. Et si c’était le cas, je serais déjà sur un petit nuage ! Cela représenterait 1761 « J’aime » et au moins 1761 lecteurs sur mon blog pour ce seul article ! Enorme !

Alors êtes-vous prêts à m’aider à réaliser ce nouveau rêve ?

Et même si vous n’étiez qu’une centaine, ce serait une centaine de personnes qui aiment ma page et mon article. Vous venez pour moi et pas pour Mickey, Minnie ou quelqu’un d’autre. Et ça, ça vaut tous les clics du monde.

J’avais à peine plus de 20 ans et j’avais des rêves. Disney, et ce n’est pas un conte de fées, m’a donné l’opportunité d’en réaliser quelques-uns. Merci et bon anniversaire Disneyland Paris.

 

Denis Gentile
Guest Relations Team autour de Bob Franke

 

(1) : Marius Goddet, Florence Colas, Yann MathiasOlivier Hombel, Celine Lladous MassompierreHelen Häggström BrenasChristine Joly, Sabrina Kéléyan, Mark Haviland, Robbert Vermazen, Elisabetta Friello, Sonia Somenzi Schneider, Elise Scharff, Frédéric Fournaise, Alex Jaby, Claus Frimand, Scott Feneck, Pascal Haddad, Jordi Cabezas Vives, Monica Arora, Julie PétillonBani Haddad, Harout DimijianPierre Puente, Celine De La Pena, Giuseppe Colavita, Marc TWMaria Laura Milikowsky, Brian Sherlock, Frédérique VerolletPierre-Emmanuel Rondeau, Maria Troedsson Davidsen, Paul Moger, David Napier, Christine Petry Bratcher, Eric Pires Augere, Natasha Shalit Marois, Castiglioni Cristina, Kari Bergkvist, Nicolas Besnard, Alex Barina, Monica Pons, Juan Carlos Lorite, Helen Nkwenkeu, Alex Caralis, Stefano Cicconi, Tim JenningsLaetitia De Beaufort, Patrick Verbaast, Sandra Lamourette, Sonia De Nardi, Rick Harvey Lam, Maria Kongsted, Michel Laevens, Massimo Militello, Enrica Frezza, Simone Bandeira, Giovanni Greco, Ray Briand, Dorith Van Hulten, Géraldine Rigonie, Brian Coyle, Carole de Pischof, Lidia Norroy, Nadia Lamourette, Nicole de Graaf, Nathalie Hawkins, Anne Marie Malassine, Sandra Wallis, Marylie Nguyen Hoaï, Stephane Cunnac, Patrick Norroy, Roberta Lisco, Ibete Cathy Mangwele Eboko, Valerie Favre-Branche, Andrea Nocetti, Sabrina Rue, Annie PujalteLuisa Burnett, Stephanie Vd Hoorn-Prummel, Lidia Basso, Benjamin Totoro, Maria Luisa Rizzati, Gaby Lang-Clément, Marie Franzini, Roland Kleve, Mirjam van Leuven, Alexandra Sanchez, Sonya Babel, Melanie Beaker, Sylvaine Deleu Pierron, Martine Zablotzki, Anne Gontier, Virginia Lepeltier, Pier DardoNils Sergio Fernández RønningenMariana Virginia RöslerEmmanuelle DeligneCarla VeugenFrancesca TestiChris Varela

17 réflexions au sujet de « Un Community Manager raconte ce que vous ne lirez pas ailleurs sur les 20 ans de Disneyland Paris »

  1. Merci Denis pour cette si belle évocation de ton passé. J’aime beaucoup ta manière d’assembler les pièces de ce grand puzzle qu’est la vie, on en arrive à se demander s’il y a vraiment un hasard. Cela me rappelle le discours de Stanford de Steve Jobs, que j’écoute régulièrement sur YouTube, en particulier dans les moments de doute. Voilà, je te compare à Steve Jobs, mais ne prends pas la grosse tête pour autant 😉

    1. Les blogs permettent de transformer les souvenirs en une nouvelle réalité. Merci d’être passé par là et quel plaisir de lire ton message Marylie. Tu repasses quand tu veux 🙂

  2. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements…

  3. Merci Denis

    pour ce superbe article, écrit dans un style léger comme chacun de tes articles et donc qui donne envie de lire !! je suis fan et moi aussi CM par mes initiales ;-)) je te souhaite autant de fans et même plus !!

    Un beau parcours en tous les cas !!

    Catherine

  4. Bonjour Denis et merci pour cet article qui te dévoile un peu plus. C’est toujours passionnant de découvrir le ou les chemins qu’une personne a pu prendre pour arriver là où elle est aujourd’hui. Nous sommes tous le fruit de nos expériences !

Laisser un commentaire