277 Flares Twitter 123 Facebook 82 Google+ 41 LinkedIn 29 Pin It Share 2 Buffer 0 277 Flares ×

Si vous lisez l’abondante littérature sur le Community Management, vous apprendrez qu’un Community Manager A.O.C. n’a plus de vie privée ! En effet, il doit être actif et en veille. Rien ne doit lui échapper sur Twitter, Facebook, Viadeo, LinkedIn, Scoop It, les blogs communautaires et pour ne rien gâcher, on vient de lui ajouter un nouveau joujou : Google + !

Alors voilà, en ce jour férié du 15 août 2011, j’ai pris une décision. Je démissionne de mon rôle de Community Manager !

Ce matin, je me suis levé à 6 heures du matin, comme tous les lundis. Mais je n’ai pas allumé mon ordinateur. Je l’ai laissé au repos dans la chambre à coucher.

Je suis allé dans la cuisine. J’ai pris de la farine, de la levure, de l’eau tiède, de l’huile d’olive et du sel. J’ai préparé la pâte pour faire des pizze (pluriel de pizza). Elle devra reposer au moins 6 heures. Elles seront donc prêtes vers 13 heures. C’est parfait.

Bon, j’ai bien dû faire une entorse à la règle. Si je ne publie pas la nouvelle édition du webzine, je dois au moins l’annoncer aux auteurs et aux lecteurs. J’ai donc pris 30 minutes pour rédiger mon annonce, ou si vous préférez, ma lettre (ou mon article) de démission.

Mes correspondances

Je dois y ajouter quelques tweets, quelques notifications, quelques messages, quelques publications, quelques flux, etc. Chaque média a attribué un nom a son espace de correspondance. Quel vieux mot ce correspondance ! Pourtant, si j’avais eu à créer un nouveau média social (rassurez-vous, je ne suis pas fou, je n’y ai jamais pensé) je l’aurais appelé comme ça : CORRESPONDANCES, au pluriel, en référence au poème fondamental des Fleurs du Mal.

Pourquoi le 15 août ne serait-il pas férié aussi pour les Community Managers ? Nous habitons bien sur la même planète !

Pourquoi les plages devraient-elles être désertées par les Community Managers ? Pourquoi ne pas mettre un panneau « Plage interdite aux Community Managers ! » ?

Je me suis posé ces questions essentielles toute la nuit et en me levant, j’y ai apporté la seule réponse raisonnable : je démissionne de mon rôle de Community Manager !

Mais surtout quand vous êtes en vacances, vous pouvez enfin réserver votre temps à d’autres activités. J’ai une liste impressionnante de bouquins à lire : L’épouvantail de Michael Connelly que mon nouvel ami Hieronymus Donnovan m’a conseillé, Trajectoires dans le cercle de Sophie Aman, Le Démon de Solange de Francis Gébère, LEITmotIVE, un recueil de nouvelles et le polar de Didier Brochon, Corps mort à Aiguebelle. Je dois aussi terminer Webopathe de Amélie Broutin puis relire Le vieil Homme et la mer de Hemingway et Novecento de Alessandro Baricco.

Passionné par l’artiste et l’homme, j’ai 3 nouvelles biographies sur Michelangelo à lire et étudier. Etudier car au début de l’année, j’avais commencé à écrire mon livre sur Michelangelo accompagné aussi d’un blog, mais mes différentes collaborations d’abord en tant que rédacteur puis en tant que Community Manager ne m’ont pas permis de continuer. Autant de bonnes raisons de démissionner, qu’en pensez-vous ?

Les araignées vont-elles tuer le Community Manager ?

Le World Wide Web est envahissant. Les Community Managers sont devenus la proie idéale des araignées. Les tweets (j’évite de répéter la liste de tous les espaces de correspondance de nos chers médias sociaux) ont eu raison de mon envie de communiquer.

En écrivant cet article, j'écoutais "Message in a bottle"

C’était pourtant un jeu fabuleux. Etre capable de dire la même chose de mille façons différentes est un véritable exercice de style. Raymond Queneau (à relire aussi !) aurait adoré faire le Community Manager. Gamin, j’aimais bien résoudre les rébus, les charades et les devinettes. Je les trouvais sur les carambars et sur Pif Gadget. Plus grand, je trouve tout ça dans les tweets. Ca sonne bien ! Non ?

Certains diront, surtout mes détracteurs, que ce sont les araignées qui m’ont tuées ! Les araignées ? Mais qui sont ces araignées ? Comme le nom l’indique ce sont des animaux de la classe des Arachnides (ça, diront-ils, c’est une belle phrase pour ne rien dire !). Elles chassent tout ce qui ne leur ressemble pas et qui n’émet pas le même son. Notamment les insectes. Moi, je serais plutôt une abeille ou une fourmi. Le genre d’animal qui d’instinct sait ce qu’il faut faire. Il le fait bien, mais le problème c’est qu’il obéit à une loi et à une communauté avec un chef à sa tête. Les araignées du web détestent ces bêtes. Elles le coincent dans leur toile (leur communauté), l’isolent et l’attaquent à coups d’insultes et d’interjections, voire d’onomatopées ! Vous devriez partager leur pensée unique. Le danger de vivre dans une toile est d’en devenir le prisonnier. N’est-ce pas Monsieur le Numéro 6 ? « I AM NOT A NUMBER, I AM A FREE MAN ! » (à revoir, la liste s’allonge !)

Mais ces morsures (lire l’article et les commentaires de « Dans le monde réel, tout le monde s’appelle Claude Martin. Mais sur le web et Google, tout le monde a son nom ! »), comme dans la plupart des cas sont relativement, inoffensives. En tout cas, dans nos contrées. Elles n’ont donc rien à voir avec cette démission. A une exception : Si ces araignées réussissent à imposer l’anonymat comme la loi du web, alors dans cette jungle, le Community Manager sera contraint de rendre l’âme.

Un homme à la mer !

Non, vraiment, je démissionne parce qu’aujourd’hui j’avais envie de manger des pizze faites avec mes mains. Bien sûr, c’est une sorte de raccourci. Derrière, ou plus exactement dans la pizza, il y a d’autres ingrédients ou raisons plus profondes. Mais elles sont de l’ordre de la vie privée. Et un Community Manager, même si tous les internautes connaissent son nom et son visage, sa vie privée, il la garde pour lui. Il la protège comme le bien le plus précieux de l’univers. Pourtant, il en raconte des trucs sur lui, son expérience et ses réflexions. Mais cela ne suffit pas à percer son coeur.

Alors voilà, à midi je vais manger une pizza maison et en fin d’après-midi quand les touristes seront assez cuits pour rentrer à l’hôtel, j’irai faire un bain de côté de Bijou Plage sur la pointe de la Croisette. Y aura-t-il un vieil homme pour repêcher l’ex Community Manager à la mer ? Rien n’est moins sûr !

On verra ça à la rentrée des classes. Une pause de réflexion et une bouffée d’oxygène sont vitales.

Merci d’avoir lu mon article de démission.

Denis Gentile

Remerciements :
- L’article de Jean-Charles Yambélé m’a inspiré et a provoqué un déclic. Il est peut-être temps de tout remettre en cause !  Merci Jean-Charles :) Top 5 : Comment gérer son temps quand on est rédacteur web ? (Part 2) – http://goo.gl/K1eRB  via @mtw_fr
- A Sophie Aman pour son message prémonitoire reçu ce matin :  « Bonjour Denis, en dépit de conditions climatiques capricieuses, permettez-moi tout de même de vous souhaiter d’agréables vacances. Même si j’ai l’impression, à vous voir sur tant de fronts, que vous avez un don d’ubiquité ! Rires…
Qu’elles vous apportent ce temps indispensable de récupération, de détente, afin d’être en capacité de mobiliser toutes vos ressources pour une rentrée dynamique et enthousiaste.  Puissent les « frémissements » économiques, sociaux, environnementaux qui secouent nos sociétés ne pas faire trop vaciller vos activités et vos projets. Peut-être aussi qu’ils permettront d’aller à l’essentiel et changer nos regards sur ces valeurs en évolution. Très cordialement, au plaisir de vous lire, Sophie »
- A Pascale qui un jour m’a écrit : « Vous avez une telle finesse d’écriture, probablement une éducation plutôt classique, comme moi… Comment supportez-vous que sur ces réseaux la parole soit donnée à n’importe qui ? C’est peut-être cela qui me dérange le plus. J’en ai fait les frais sur Facebook. Et je sens bien que sur Viadeo on peut vite lancer des petites phrases assassines. Je ne supporte pas les gens pas éduqués, ceux qui ne savent rien et énoncent des vérités. » C’était en février 2011 !
- A tous les auteurs de More Than Words : Philippe de Casabianca, Florence Augustine, Cécile Courtais, Didier Brochon, Céline Jyoti, Justine Neubach, Sébastien Coquard, Jean-Luc Mercier, Mathieu Le Bris, Benjamin Petit, Victoire de Changry, Liliane Collignon et Christophe Delattre. Vous avez apporté la preuve qu’un web différent -créatif, pédagogique et éduqué- est possible.
- A Yohan Fantino, de l’agence 1Elan2Com. Il est le seul professionnel à avoir concrétiser ses intentions.