Le ‘Making of’ d’un thriller & blockbuster

27 Flares 27 Flares ×

Cet article ressemble aux suppléments que l’on trouve sur un DVD. Le film en question, pardon, je voulais dire l’article en question est « Quand Facebook nous remplit d’épouvante ! ».  Je vous invite à découvrir tous les secrets de fabrication, ou presque.

Avertissement : Cet article n’a d’intérêt seulement et seulement si vous avez déjà lu Quand Facebook nous remplit d’épouvante !. Puisqu’il s’agit de son ‘Making of’. De plus, s’agissant d’un ‘Thriller’, il vaut mieux le lire sans rien savoir de son déroulement et dénouement. L’emploi du mot ‘Blockbuster’ dans le titre s’explique car cet article a dépassé en 8 jours les 1000 lectures, les 120 ‘like’ sur Facebook, 200 tweets et retweets et surtout parce qu’il a fini dans le TOP 5 (4e) du concours organisé sur le blog ‘Virtuose Marketing‘ de Cédric Vimeux. Un résultat encourageant pour notre blog. Je vous invite à découvrir le classement des 5 meilleurs articles de ce concours en cliquant ici.

Mettre en scène des personnages et une histoire

Tout commence le 21 mars 2011 avec la publication de l’article « Le blog est l’avenir de la Presse Ecrite ! ». Un certain Francis Benett nous explique comment le web a changé nos habitudes vis à vis de la presse, notre façon d’écrire et de lire. L’important nous dit-il est de mettre en scène une histoire et des personnages. Ce n’est plus simplement relater platement des faits, présenter des opinions, retranscrire une interview ou développer une réflexion. Ca, c’est l’ancienne méthode, celle qui s’imprimait sur du papier journal. Aujourd’hui, il faut être plus créatif pour intéresser le lecteur. Un article de fond et de réflexion (que certains qualifieront de difficile) qui a totalisé plus de 5000 lectures. Un autre ‘blockbuster’ !

Ce n’est pas une fiction !

Attention, il y a une part de vérité à respecter. Vous ne pouvez pas tout inventer. Ce n’est pas une fiction. Le lecteur doit croire à ce que vous écrivez. L’imagination est surtout là pour donner une forme à votre discours. Les éléments de votre article doivent avoir des racines dans la réalité. Quels sont ces éléments ? Ce sont les cailloux du Petit Poucet !

Les lecteurs suivent un chemin que vous avez tracé avec des mots et des idées. Ils vont évoquer dans son esprit quelque chose de familier.

Pourquoi familier ?

– Parce que dans vos précédents articles, vous en avez déjà parlé.

Par exemple, les agressions verbales de certains internautes. C’est l’un des points qui ont conduit à ma démission le 15 août dernier. Quand Ivan Pauleto m’agresse, c’est donc tout à fait plausible puisque c’est déjà arrivé et j’en ai déjà parlé.

Même raisonnement quand je parle de mon chien. Il est bien réel et en plus il a une identité sur le web puisqu’il a son propre blog.

– L’environnement est aussi familier. Le lieu de l’histoire est connu de tous les lecteurs. Il s’agit de Facebook. De plus, je suis Community Manager et j’ai donc des milliers de contacts. Il est donc parfaitement plausible que je ne me souvienne pas d’un nom.

– Des situations qui rappellent quelque chose. Dans les thrillers (mon correcteur automatique me dit que c’est un anglicisme et que je devrais dire films d’épouvante), Scream par exemple, tout commence par un coup de fil. Cette fois, j’ai modernisé la fable. Je reçois un message sur Facebook.

Le tout est cohérent

Un récit est vraisemblable s’il est cohérent. Ce texte a été spécialement écrit pour participer à un concours. Il était important d’intégrer dans le scénario de l’article la participation à ce concours. C’est un des éléments qui assure un lien logique entre les différentes parties du discours. Le concours ne vient pas comme un cheveu sur la soupe. Il fait partie de l’histoire. Cohérence.

Dans l’article : « Les raisons qui contraignent un Community Manager à démissionner », j’évoque notamment le manque de temps pour me consacrer à d’autres activités comme la lecture et je cite différents livres que j’aimerais enfin pouvoir lire. Parmi eux, un thriller américain : « L’épouvantail ». Cet article a créé le buzz sur le web. Il a fait exploser les statistiques de mon blog et à susciter de nombreuses réactions sur tous les réseaux sociaux. Je devais donc profiter de ce nouvel élan. J’ai donc repris des éléments contenus dans cet article et j’annonce que j’ai pu enfin finir la lecture d’un livre. La belle affaire ? Non, car si je n’avais pas lu ce livre, je n’aurai jamais écrit cette histoire. Je m’en suis inspiré en réinventant sa trame et en l’adaptant à l’écriture d’un article pour la blogosphère. J’en tire plusieurs enseignements :

– D’abord une idée qui est présente dans mes derniers articles et notamment dans « Community Manager est aussi (et surtout ?) un métier pour les plus de 26 ans ! ». Etre Community Manager, ce n’est pas fouiner sur le web et tweeter à tout va 24 heures par jour et 7 jours par semaine. Non, le bon Community Manager doit s’évader. Il doit prendre le temps de se déconnecter. Dans mon cas par exemple, ça signifie lire un bouquin, me promener avec mon chien, faire des pizze ou encore jardiner. Je me ressource et je trouve l’inspiration pour écrire. C’est la meilleure façon pour ne pas se répéter et tenter de trouver de nouvelles idées. Ma démission, même provisoire, a donc été salutaire.

Le blogueur n’écrit pas comme un journaliste-rédacteur. Il ressemble plus à l’écrivain. Dans un quotidien, le journaliste passe d’un sujet à l’autre avec maestria mais souvent sans continuité. Sur un blog, il y a des liens d’un article à l’autre. Les fameux cailloux mentionnés précédemment. Les articles d’un blog sont donc similaires aux chapitres d’un roman. J’ai bien dit ressemble à un écrivain. Avant de devenir un écrivain, le blogueur devra notamment travailler son style et son orthographe. Le blog est donc un bon exercice. Vos réactions montrent que l’exercice a été réussi. Merci.

– Si vous lisez bien mes articles, vous y trouverez les sujets des prochains. D’ailleurs, tout ce que dit Ivan Pauleto, vous pouvez le retrouver sur le web. Soit dans mes articles, soit dans mes différents profils. Le dialogue est donc parfaitement réaliste et cohérent.

Le Concepteur Rédacteur Web

« Quand Facebook nous remplit d’épouvante ! » n’est pas l’article d’un Community Manager. C’est un article qui raconte l’histoire d’un personnage dont le métier est Community Manager. Celui qui signe cet article s’appelle CONCEPTEUR REDACTEUR WEB. Il ne se contente pas de résumer des infos qu’il a trouvées sur le web et de vendre ce contenu à des sites comme l’internaute ou d’une agence de voyages (ces textes sont rémunérés 3 centimes le mot). Ca, c’est un travail pur et simple de rédacteur. Il développe un sujet personnel et il le met en scène. Il y a un vrai scénario qui soutient ce texte. C’est pour cette raison qu’il n’est pas inexact de parler de ‘Thriller’, ‘Making of’ et ‘Blockbuster’. Le vocabulaire du cinéma est parfaitement adapté aux compétences d’un Concepteur Rédacteur Web.

Les moyens dans les mains d’un blogueur n’étant pas équivalent à ceux d’un réalisateur hollywoodien, il est à la fois scénariste, réalisateur et acteur. Il se met donc lui-même en scène et il en assure aussi la promotion. C’est ainsi que le Concepteur Rédacteur Web devient un Community Manager.

Ce ‘Making Of’ est pour moi indispensable. Je voudrais prendre « Quand Facebook nous remplit d’épouvante ! » comme une référence pour imprimer un style à More Than Words. Si vous aimez écrire et que vous adhérez à ce que j’essaie d’exposer avec pédagogie, alors je vous accueillerai volontiers sur mon blog. Avis aux amateurs.

Mais attention, il ne s’agit pas de refaire un thriller, il y a bien d’autres genres tout aussi passionnants.

Denis Gentile

A lire du même auteur :

– La sauce va-t-elle prendre ?

– Le blog est l’instrument de la culture moderne

– L’envie de savoir !

– GLUTAMATE, E621 : Quand lire peut vous sauver la vie ! 

– Des blogs sans colorant, ni additif !

– Donner sa chance 

– WEBOPATHE : L’interview d’un Community Manager pas comme les autres !

– Internet est la bombe atomique de ce siècle ! 

– COmmunity Manager : COnnaissez-vous COCO ?

– Dans le monde réel, tout le monde s’appelle Claude Martin. Mais sur le web et Google, tout le monde a son nom !

Les raisons qui contraignent un Community Manager à démissionner !

Community Manager est aussi (et surtout ?) un métier pour les plus de 26 ans

Quand Facebook nous remplit d’épouvante !

Voir aussi la catégorie COLONNES.